analyses

Vaccination des 5-11 ans : « Ce procès est la porte vers un retour à la raison » Abonnés

Au nom d'une requérante membre de l'association Bon Sens, Me Diane Protat a contesté devant le Conseil d'État le fait qu'il n'est désormais plus nécessaire d'avoir l'accord des deux parents pour vacciner les enfants de 5 à 11 ans. Constatant l'embarras du gouvernement face aux chiffres de la balance bénéfice-risque pour cette tranche d'âge, l'avocate espère une issue favorable.

Le 23 février 2022


Mémoire en défense du ministère des solidarités et de la Santé
Mémoire en défense du ministère des solidarités et de la Santé
Mémoire en défense du ministère des solidarités et de la Santé



Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter