analyses

Restrictions sanitaires : deux jeunes sur trois ont pensé au suicide Abonnés

Thèmes abordés

confinementpsychologiecovid-19

Une étude parue le 7 juillet, portant sur la santé mentale liée à la crise sanitaire, fait le constat inquiétant d’une très forte poussée des pensées suicidaires dans la population. Un phénomène touchant principalement les jeunes, particulièrement affectés par deux ans de mesures liberticides.

Restrictions sanitaires : deux jeunes sur trois ont pensé au suicide
Le 8 juillet 2022

Le « monde d’après » Covid tant vanté il y a deux ans est-il en réalité celui d’une dépression massive chez les jeunes ? Oui, si l’on en croit les résultats d’une étude menée par l’IFOP pour la fondation Jean Jaurès menée sur des échantillons de mille personnes dans six pays d’Europe (France, Allemagne, Espagne, Irlande, Pologne et Suède). Il ressort de cette analyse un constat particulièrement inquiétant : 62% des 18-24 ans — soit près des deux tiers — déclarent avoir eu des pensée suicidaires depuis le mois de septembre 2021, contre 34% du total de la population. Et, si les pensée suicidaires ne sont heureusement pas systématiquement suivies d’un passage à l’acte, le nombre de ces derniers a toutefois augmenté de manière significatives au cours de ces dernières années. Ainsi, en 2016, 22% des personnes souffrant de pensées suicidaires ont fait au moins une tentative, un chiffre qui s’élève désormais à 30%. Pour le psychiatre Michel Debout, auteur de l’étude sur « le suicide et la santé mentale à la suite de la crise sanitaire » pour la fondation Jean Jaurès, la situation mérite une attention particulière, comme il l’a expliqué à Franceinfo : « Quand 6% de la population française (ce qui représente 3,5 millions de personnes) a déjà fait une tentative de suicide contre 3% il y a 20 ans, c'est très préoccupant et cela devrait interpeller les pouvoirs publics ».

Des pouvoirs publics dont les décisions durant la crise sanitaire ne sont sans doute pas totalement étrangères à la situation. En effet, avant la période du Covid-19 et son lot de mesures liberticides, ce sont les jeunes femmes qui étaient les plus touchées par des pensées suicidaires. Depuis, la tendance s’est inversée et les hommes de moins de 35 ans sont désormais 35% a déclarer avoir eu des pensées suicidaires durant les périodes de confinement, contre...

Contenu disponible gratuitement

41 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter