france

Fin des mesures liées au Covid-19 après 861 jours d’état d’urgence sanitaire Abonnés

Thèmes abordés

covid-19pass sanitairepass vaccinal

Ce lundi 1er août marque l’entrée en vigueur de la loi mettant fin aux mesures d’exception dans le cadre de la crise sanitaire. Après plus de deux ans et quatre mois, la France sort enfin d’une séquence hors-norme et traumatisante qui n’aura que trop durée.

Fin des mesures liées au Covid-19 après 861 jours d’état d’urgence sanitaire
Le 1er août 2022

La vie sans « urgence sanitaire » recommence enfin, après la bagatelle de 861 jours marqués par des mesures de confinement, de couvre-feu, de pass sanitaire puis vaccinal, de masques dehors et dedans, sur fond de catastrophisme constant, de répression policière et de bureaucratie délirante. Ce lundi 1er août, le nouveau cadre légal adopté par les parlementaires après d’intenses débats met un terme définitif à l’emballement liberticide qui aura régit la vie des Français de façon disproportionnée depuis la loi du 23 mars 2020, soit plus de deux ans et quatre mois durant lesquels des mesures présentées comme provisoires n’auront eu de cesse d’être repoussées, sans que leur efficacité ne soit avérée.

À compter de ce jour, le pass sanitaire — mesure la plus contestée depuis le début de la crise et élément central de la loi votée il y a quelques jours — disparaît donc pour de bon. La seule décision coercitive que le gouvernement pourra prendre reste en revanche l’exigence d’un test négatif à l’entrée du territoire national, obligation qui pourrait être mise en place uniquement pour les personnes de plus 12 ans en provenance d’une région où serait apparu « un nouveau variant susceptible de constituer une menace sanitaire grave ». L’autre cas de figure concerne les déplacements vers les collectivités d’Outre-mer en cas de « risque de saturation des hôpitaux ». Une disposition contestée par les députés de la France insoumise auprès du Conseil constitutionnel en fin de semaine dernière, sans succès.

Si le pass sanitaire est bel bien supprimé, y compris donc à l’entrée des établissements de santé ou il était encore exigé après avoir été levé partout, il n’en va pas tout à fait de même en ce qui concerne le port du masque. Le gouvernement ne peut plus légalement l’imposer, mais seulement émettre des « recommandations », ce dont il ne se prive d’ailleurs...

Contenu disponible gratuitement

53 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter