analyses

Autotests, médiateurs anti-Covid, isolement forcé : cet été, le biopouvoir ne prend pas de vacances Abonnés

Thèmes abordés

saisonnalitévariant indienalarmismebiopouvoirété

Alors que les indicateurs épidémiques continuent de chuter, le gouvernement a prévu un arsenal sanitaire en faisant planer la menace du variant indien. Objectif : maintenir artificiellement la menace du Covid-19 dans le quotidien des Français.

Autotests, médiateurs anti-Covid, isolement forcé : cet été, le biopouvoir ne prend pas de vacances
Le 22 juin 2021

Tandis que les commentateurs politiques s’arrachent les cheveux pour trouver une explication à l’abstention record au premier tour des élections régionales, Olivier Véran nous prépare un été sous haute surveillance sanitaire. Le ministre de la Santé a en effet annoncé dans le Journal du dimanche (JDD) une panoplie de mesures censées contrer l’émergence du fameux « variant Delta ». Car si la baisse des courbes épidémiques pouvait donner aux Français l’espoir d’être un peu tranquille cet été, cette quiétude ne semble pas être au programme d’Olivier Véran pour qui tout est bons pour maintenir la pression sanitaire : « Avec 2 000 à 3 000 cas par jour, ce n'est plus le virus qui nous traque mais nous qui le traquons. »

« Cet été sera différent du précédent, et certainement plus serein pour les Français, car nous avons plus d'outils à notre disposition » renchérit Olivier Véran au JDD, comme si nous avions vécu l’apocalypse il y a un an. Pourtant, nous avions passé l’été dernier sous la barre des 600 personnes en réanimation et avec moins de 20 décès quotidiens liés au Covid-19. C’était donc un été tout à fait serein et il risque d’en être de même cette année, saisonnalité oblige. Mais pour Olivier Véran, ce n’est pas une raison pour laisser les Français souffler.

Première mesure : l’exécutif va multiplier les dépistages collectifs par autotest. 8 millions de kits seront utilisés sur juillet-août sur les plages, dans les campings, les hôtels ou les colonies de vacances. « Il ne s'agit pas de remplacer les tests PCR ni les tests antigéniques mais d'ajouter une maille supplémentaire à notre filet », précise le ministre. Et comme si cela ne suffisait pas, ce dernier a même pensé à faire détecter les personnes positives par des chiens renifleurs. Deux...

Contenu réservé aux abonnés

69 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter