france

« On ne lâchera rien ! » : le collectif Enfance & Libertés contre le masque à l’école Abonnés

Thèmes abordés

masque

En dépit d’un quelconque intérêt sanitaire, le port du masque obligatoire à l’école dès 6 ans a des conséquences dramatiques sur la santé et les conditions de scolarité des enfants. Une ineptie que dénonce Enfance & Libertés, un regroupement de collectifs de parents inquiets.

Le 29 janvier 2021

Enfance & Libertés, qui rassemble environ 400 collectifs à travers toute la France, entend bien faire revenir le gouvernement sur l’obligation du port du masque à l’école, Cette mesure - dont l’intérêt scientifique pour lutter contre la pandémie n’a jamais été prouvé - a même été étendue aux plus de 6 ans depuis le 2 novembre, alors qu’elle concernait auparavant les enfants de plus de 11 ans. Or, faire porter un masque à un enfant n’est pas anodin, comme l’expliquait déjà Marie-Estelle Dupont dans Bas les masques il y a plusieurs semaines : « On ne mesure pas le coût à long terme. En tant que mère et en tant que psychologue, je suis extrêmement inquiète de cette mesure ».

Une santé psychologique dégradée

Et ce coût se fait déjà ressentir, comme en témoignent les innombrables maux de têtes, lésions cutanées et perturbations respiratoires rapportés par le réseau de collectifs. Les 40 000 parents derrière Enfance & Libertés sont également inquiets de la dégradation de la santé psychologique de leurs enfants. L’association rapporte déjà des premiers signes alarmants d’isolation, de perte de motivation, de dépression et parfois même de pensées suicidaires. S’ajoutent à cela les nombreux troubles de l’apprentissage dont les effets sur les résultats scolaires se font parfois déjà ressentir.

Pour convaincre les autorités de revenir sur cette obligation, Enfance & Libertés a lancé des manifestations locales depuis début janvier dans toute la France, jusqu’à la Réunion. Leur objectif est désormais de porter d’urgence ce sujet au niveau national afin d’alerter l’exécutif, pour l’instant sourd à cette détresse qu’il a lui-même provoqué. En attendant, le collectif a mis en place un pôle de médiation. Ce service d’assistance aura pour but de soutenir les familles démunies dans leurs démarches médicales ou juridiques visant à faire valoir l’intérêt de leurs enfants.

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter