Analyses

Une brève histoire des pandémies Abonnés

Thèmes abordés

coronavirushistoirepandémie

ANALYSE. Les pandémies sont des phénomènes naturels depuis la Haute-Antiquité. Démunis sur le plan médical, les médecins luttaient contre elles par l’exode, la quarantaine et la séquestration des malades. La covid-19, particulièrement peu meurtrière, est traitée par les gouvernements comme s’il s’était agi de la peste noire. Elle tue cependant moins les Hommes qu’elle n’achève nos systèmes hospitaliers fragilisés par des décennies de mauvais choix politiques.

Une brève histoire des pandémies
Le 23 novembre 2020

0,15 à 0,2%. Tel est le taux de mortalité des patients infectés par le coronavirus selon les calculs de John P.A. Ioannidis, épidémiologiste, chercheur et professeur de médecine à l’Université de Stanford en Californie. Pour trouver ce chiffre, cet éminent spécialiste des statistiques médicales a passé en revue 61 études sur les morts attribuées à la Covid-19 en provenance de 51 pays différents¹. Pour comparaison, on estime le taux de mortalité des 1 personnes infectées par la grippe saisonnière à 0,2%.

Comment une maladie avec un taux de mortalité aussi bas peut-il mettre la moitié du monde à l’arrêt et créer une panique collective ? La psychologie sociale, les politiques européennes qui ont méthodiquement affaiblis les hôpitaux ou l’étude des médias et des réseaux sociaux peuvent apporter des éléments de réponses. L’histoire en apporte d’autres. Depuis quelques décennies, le spectacle de la mort est sorti de nos vies. Les veillées funèbres à la maison sont devenues rarissimes alors qu’elles étaient encore banales dans les années 1950. La mort est ainsi devenue une chose abstraite. Une véritable injure à la vie.

Mais nos mémoires sont aussi courtes. Le confort de nos vies ronronnantes nous a fait oublier que les pandémies sont un phénomène naturel contre lequel l’humanité doit lutter plusieurs fois par siècles. Dans l’Antiquité romaine, les épidémies étaient nommées pestis. Elles ne désignent pas encore la peste mais toutes les maladies contagieuses dont les vagues imprévisibles sont particulièrement meurtrières.

Ce que les historiens appellent la peste antonine est en réalité une série d’épisodes varioliques qui signent la fin de l’âge d’or de l’Empire romain. En 165 apr. J.-C., une pandémie dont le foyer est la Mésopotamie frappe toute la Méditerranée en suivant les déplacements de l’armée le long des routes et les voies commerciales maritimes. À Rome, c’est l’hécatombe....

Contenu disponible gratuitement

85 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter