Analyses

Réanimations : la situation est-elle si alarmante ? Abonnés

Thèmes abordés

chiffresstatistiquesRéanimation

Face à la montée en flèche de la courbe des réanimations, le gouvernement pourrait mettre sous cloche plusieurs territoires, dont l’Île-de-France, d’ici ce soir. En réalité, la situation des services de réanimation est beaucoup moins alarmante que ce qui est présenté.

Réanimations : la situation est-elle si alarmante ?
Le 18 mars 2021

Nouveau coup de tocsin : le gouvernement devrait annoncer de nouvelles restrictions ce soir sur la base de l’augmentation des admissions en réanimation. Avec 4 239 patients, ce chiffre a augmenté de 8% cette semaine. Mais un phénomène curieux vient pourtant bousculer cette narration anxiogène à laquelle nous sommes désormais habitués. En effet, depuis le début de l’épidémie, les courbes de l’évolution du nombre de décès à l’hôpital et du nombre de patients en réanimation ont toujours coïncidé. Or, depuis début mars, ces deux courbes se séparent. En même temps que le nombre de lits de réanimation occupés augmente, le nombre de décès quotidien à l’hôpital baisse (-5% la semaine dernière), et ce depuis plus d’un mois.

Mais pourquoi ce paradoxe ? L’hypothèse la plus probable serait qu’en déprogrammant les opérations, les hôpitaux auraient beaucoup plus de ressources à leur disposition. « Des patients qui pouvaient être pris en charge ailleurs, essentiellement en Optiflow (Oxygénothérapie à haut débit, NDLR), sont passés en réanimation médicale car on considère qu'ils seront mieux pris en charge », a expliqué l’épidémiologiste Martin Blachier sur CNEWS ce mercredi 17 mars. « Quand on interprète les chiffres, ajoute-t-il, on est obligé de prendre en considération ce phénomène, sinon on est catastrophé par une explosion des réanimations. »L’augmentation des réanimations ne serait donc pas due à une recrudescence de l’épidémie mais à une prise en charge plus large des patients en réanimation, rendue possible par l’augmentation des places libres.


L’autre hypothèse avancée par certains alarmistes est que le variant anglais conduirait des patients de plus en plus jeunes en réanimation. Or, cette thèse répandue dans les médias depuis plusieurs semaines n’est absolument pas observable dans les statistiques. « Tous les gens qui disent qu’il y a un variant britannique qui rend les jeunes extrêmement malades...

Contenu disponible gratuitement

45 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter