France

Molnupiravir : Véran commande un traitement anti-Covid hors de prix et controversé Abonnés

Thèmes abordés

covid-19Olivier VérantraitementsVéranessais

Le ministre de la Santé a annoncé avoir commandé 50 000 doses du médicament anti-Covid du groupe américain Merck. Non content d’être particulièrement cher, ce traitement suscite également des interrogations quant à ses potentiels effets secondaires.

Molnupiravir : Véran commande un traitement anti-Covid hors de prix et controversé
Le 27 octobre 2021

Le ministre de la Santé Olivier Véran a indiqué lors d’une audition au Sénat, mardi 26 octobre, que la France avait commandé 50 000 doses de la pilule anti-covid du laboratoire américain Merck, dont la livraison est prévue très prochainement, entre la fin du mois de novembre et le début du mois de décembre. Et ce, alors que l’Agence européenne du médicament — qui examine ce traitement en urgence depuis le 25 octobre — n’a pas encore donné son feu vert.

Sur le principe, la molécule est censée bloquer la réplication du virus en forçant ce dernier à faire des erreurs dans la copie de son ARN. Dans la pratique, le Molnupiravir se présente comme un antiviral a prendre oralement, destiné aux personnes infectées présentant des profils à risque de complications dans le but d’éviter les hospitalisations. Développé initialement pour lutter contre la grippe et l’hépatite C, mais pas encore utilisé, le médicament devra être pris à la dose de deux pilules quotidiennes pendant 5 jours, au tout début de la maladie. Le ministère de la Santé n’a pas communiqué sur le coût de cette commande, mais un article du New York Times qui a étudié une commande américaine en a déduit un prix d’environ… 700 dollars par dose ! Ce qui représenterait 35 millions de dollars pour la commande française, soit un peu plus de 30 millions d’euros. De quoi relancer le débat sur l’achat de traitements auprès de grands laboratoires étrangers avec de l’argent public au détriment de la recherche française, comme nous l’évoquions récemment.

L’autre problème posé par cette commande de Molnupiravir concerne bien évidemment la potentielle dangerosité du produit, qui commence à alerter certaines voix dans la communauté scientifique comme le virologue Bruno Canard, directeur de recherches au CNRS et spécialiste des coronavirus. Ce dernier a fait part sur...

Contenu réservé aux abonnés

51 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter