France

Les non-vaccinés sont attaqués de toute part… mais qui sont-ils réellement ? Abonnés

Un sondage récent indique que 60% des Français se montrent favorables à un confinement des personnes non-vaccinées, qui représentent environ six millions de personnes. Mais qui sont réellement ces « réfractaires » jetés à la vindicte populaire ?

Les non-vaccinés sont attaqués de toute part… mais qui sont-ils réellement ?
Le 19 novembre 2021

Sous le feu des projecteurs depuis la décision autrichienne de les reconfiner, les non-vaccinés sont maintenant accusés (à tort comme nous l'expliquait le Dr Bernard Kron) d’être la cause de la reprise épidémique constatée en Europe. Certaines études récentes se sont penchées sur eux afin de dresser leur portrait. À la mi-novembre, Santé publique France indiquait que 51,53 millions de personnes avaient reçu au moins une dose de vaccin, soit 76,8% des 67,4 millions de Français, et que 89,3% de la population éligible (soit un peu plus de 58 millions de personnes), âgée de douze ans et plus, était vaccinée. Ce qui fait que plus d'une personne éligible sur dix n'a pour le moment reçu aucune dose de vaccin, représentant donc 6,5 millions de personnes.

Sommairement, les résultats des études selon le critère d’âge indiquent que le taux de vaccinés est très élevé chez les septuagénaires. À l’inverse, les mineurs (peu à risque de formes graves) sont les moins vaccinés, plus de 20% d’entre eux n’ayant reçu aucune injection. Dans le détail par catégorie d’âge, on note que 1,2 million d'adolescents n'ont pas débuté leur schéma de vaccination, tout comme 1,13 million de personnes dans la catégorie des trentenaires et plus de 900.000 chez les quadragénaires. Enfin, il reste encore plus de 500.000 personnes âgées de plus de 80 ans qui n'ont pas encore reçu de dose. Un peu plus de 6% des résidents d’EHPAD n’ont pas encore été vaccinés. Concernant les personnels soignants, les études mettent en avant qu’un peu moins de 8% des professionnels en EHPAD n’avaient toujours reçu aucune injection à la mi-novembre, ce qui est le cas de 3,3% chez les soignants libéraux et de 7,8% de ceux exerçant en établissement de santé.

Autre élément intéressant, les disparités selon les territoires. Selon Santé publique France,...

Contenu réservé aux abonnés

50 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter