France

Réanimations : les chiffres sont-ils gonflés ? Abonnés

Thèmes abordés

lits de réanimationconfinistes

Pendant que les hospitalisations baissent, le nombre d’entrée en réanimation augmente mystérieusement. Derrière ce paradoxe, un changement suspect de la stratégie d’admission en réanimation, qui relance les soupçons contre le sérail médical parisien.

Réanimations : les chiffres sont-ils gonflés ?
Le 12 mars 2021

Une situation « tendue et inquiétante », a alerté Olivier Véran ce jeudi en conférence de presse, avant de brandir la menace de nouvelles mesures « si l’épidémie se poursuit à ce niveau et à ce rythme ». Le ministre de la Santé s’est notamment alarmé de la hausse des admissions en réanimation. Or, si ce chiffre augmente bel et bien, (+9% en 7 jours), paradoxalement, les admissions dans les services conventionnels baissent depuis plusieurs semaines, tout comme le nombre de morts. Comment expliquer cette discordance ?



Invité sur CNEWS ce vendredi 12 mars, le professeur Michaël Peyromaure explique qu’on a « modifié dans certains services, dans certains endroits, les critères d’admission en réanimation. » Selon le chef du service d’urologie de l’hôpital Cochin à Paris, la rumeur court que, dans certains services, « on ferait rentrer des patients qui pourraient très bien aller dans des services conventionnels ». Ce que semble confirmer l’épidémiologiste Martin Blachier : « Comme ce sont des patients plus jeunes qui arrivent à l’hôpital, les réanimateurs n’ont pas du tout la même attitude. Dès qu’il y aura le moindre signe de gravité, le patient va être envoyé en réanimation. »

Mais quel intérêt d’envoyer des patients en réanimation qui auraient parfois besoin d’une simple assistance respiratoire ? Selon le professeur, « on a bien vu que le débat confinement / non confinement avait fait des mécontents. Et il est tout à fait possible que dans certains hôpitaux, des mécontents saturent à dessein certains services de réanimation. Je vous le dis car ce sont des bruits qui montent et qu’on entend de plus en plus dans mon milieu ».

À ce jour, aucune preuve ne vient confirmer cette hypothèse. Mais l’influence des alarmistes dans le milieu médical parisien, sur fond de guerres...

Contenu disponible gratuitement

47 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter