France

Le pic épidémique dépassé depuis fin mars ? Abonnés

Thèmes abordés

chiffrespandémiestatistiquescovid-19pic épidémique

Le ministre de la Santé s’est réjoui du fait que l’épidémie décroisse depuis quelques jours, donnant ainsi crédit aux dernières mesures prises par l’exécutif. Or, pour certains observateurs, le pic épidémique aurait été dépassé depuis bien avant.

Le pic épidémique dépassé depuis fin mars ?
Le 20 avril 2021

Encore une victoire du gouvernement contre le virus ! Dans un entretien accordé au Télégramme, Olivier Véran, s’est réjoui d’observer que « depuis cinq jours, nous amorçons une décroissance de l’épidémie », tout en restant timoré : « cette diminution reste fragile […]. Il nous faut continuer nos efforts. » Une prudence qui permet au ministre de la Santé de ne pas trop s’avancer sur le calendrier du relâchement des mesures : « Le 26 avril, la réouverture des écoles en présentiel ; le 3 mai, la réouverture des collèges et lycées en présentiel ; et nous pourrons envisager ensuite un certain nombre d’allégements des mesures à partir de la mi-mai »

Mais ces « efforts »incessamment quémandés par l’exécutif à la population ont-ils réellement permis de faire décroitre l’épidémie ? À en croire certains observateurs, il serait assez présomptueux de la part du gouvernement d’affirmer pareille chose. Interrogé sur CNews ce mardi 20 avril, l’épidémiologiste Martin Blachier a affirmé que « le pic a l’hôpital a été atteint le 7 avril sur les nouvelles entrées et les réanimations », soit seulement quelques jours après l’entrée en vigueur des dernières restrictions (mesures renforcées le 3 avril et écoles fermées le 5 avril). Et l’épidémiologiste a logiquement précisé que ce pic avait « été observé bien plus tôt, fin mars, pour ce qui est des contaminations ».

Une observation également partagée par le consultant Nicolas Meilhan, qui met à disposition ses modélisations sur son compte Twitter. Selon lui, le gap observé à partir du 5 mai (voir graphique ci-dessous) correspond au lundi de Pâques, date à partir de laquelle a effectivement été observée une baisse du nombre de dépistages, faisant par ailleurs augmenter le taux de positivité de 7% le 5 avril à 8,9% le...

Contenu disponible gratuitement

25 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter