france

Conflits d’intérêts, efficacité contestée : polémique autour des anticorps monoclonaux Abonnés

Thèmes abordés

Anticorpsconflits d'intérêt

Le traitement du laboratoire Eli Lilly va être déployé dans les hôpitaux ce mois de mars. Mais les liens étroits que la firme américaine entretient au sein de l’appareil d’État interrogent, d’autant plus que les éléments censés prouver l’efficacité de la molécule peinent à convaincre certains experts.

Conflits d’intérêts, efficacité contestée : polémique autour des anticorps monoclonaux
Le 2 mars 2021

Olivier Véran l’a annoncé le jeudi 25 février dernier : l’anticorps monoclonal bamlanivimab va commencer à être administré « dans un cadre hospitalier pour des patients âgés de 80 ans et plus, ou qui ont des troubles de limmunité ». La France a commandé 100 000 doses, dont certaines ont déjà été délivrées ce mardi 2 mars dans des hôpitaux alsaciens. Ce traitement est destiné à être inoculé par intraveineuse - donc à l’hôpital, comme le remdesivir - pour les cas de forme légère qui présenteraient un risque élevé d’évolution vers une forme plus grave.

Mais cet enthousiasme du gouvernement n’est pas partagé par tous et certains experts ont notamment critiqué la faiblesse des essais cliniques. La Société française de pharmacologie et de thérapeutique (SFPT) estime dans un communiqué publié ce lundi 1er mars à propos du dernier essai clinique que « comme toutes les études de phase 2, sa finalité est purement exploratoire et nest pas de démontrer lintérêt clinique du traitement évalué. […] Au total, […] cette étude expose à un risque non contrôlé de recommander à tort un traitement. » La SFPT conclut sans langue de bois : « la gravité de cette pandémie et lurgence à traiter les patients ne justifient en rien lutilisation à but compassionnel de traitement dont le bénéfice nest pas connu ».

Pour le pharmacologue et pneumologue Mathieu Molimard, du CHU de Bordeaux, « il n'y a vraiment aucune preuve à ce stade que ce traitement fonctionne ». Sur les deux études publiées le 21 janvier dans le New England Journal of Medicine et le Journal of the American Medical Association (JAMA), dans lequel différents dosages ont été comparés, aucun effet n’a été constaté « à 700...

Contenu disponible gratuitement

54 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter