international

Royaume-Uni : l’épidémie de cas régresse, même sans pass sanitaire Abonnés

Thèmes abordés

épidémiepass sanitaireRoyaume-Uni

Dans un silence médiatique assourdissant contrastant avec l’alarmisme d’il y a quelques semaines, l’épidémie régresse actuellement au Royaume-Uni… Et cela alors même que le gouvernement avait hésité à prendre de nouvelles mesures.

Royaume-Uni : l’épidémie de cas régresse, même sans pass sanitaire
Le 10 novembre 2021

Le 4 novembre, le Courrier International titrait : « Le Royaume-Uni a-t-il décidé d’ignorer le Covid-19 ? » Un bon résumé de la stratégie choisie par le gouvernement anglais contre la « flambée des contaminations » avec laquelle les médias nous ont rebattu les oreilles ces dernières semaines. En effet, malgré la remontée des cas, le Royaume-Uni avait refusé de mettre en place le pass sanitaire et de prendre de nouvelles mesures, suscitant l’ire d’une partie de l’opinion bien décidée à dénoncer l’irresponsable passivité du gouvernement. Un climat d’hystérie qui a conduit Boris Johnson à être accusé par un membre du parti travailliste de « parader de manière irresponsable dans un hôpital sans masque » ce lundi 8 novembre, après que le syndicat représentant les médecins, le « British Medical Association », a dénoncé fin octobre une « négligence délibérée ».

Or, un mois après avoir tiré plus que se raison sur les premières sonnettes d’alarme, force est de constater qu’encore une fois, l’apocalypse n’a pas eu lieu. Loin de là, les prévisions du ministre de la Santé, Sajid Javid, qui affirmait que le nombre de cas quotidiens pourrait dépasser les 100 000, ont été largement démenties puisque ce nombre n’a jamais dépassé 50 000. Décidément, les prévisions épidémiques, quand ça veut pas, ça veut pas ! Mais surtout, cette hausse de cas ne se traduit que très peu dans les courbes hospitalières et de décès attribués au Covid.


Dépistages massifs : quand on teste, on trouve

Mais surtout, cette hausse de cas ne se traduit que très peu dans les courbes hospitalières et de décès attribués au Covid. Et pour cause, outre la vaccination, il faut prendre une chose importante en compte : le Royaume-Uni teste massivement. Alors que la France a connu un seul pic à 800 000 tests hebdomadaires fin juillet à cause du pass sanitaire,...

Contenu réservé aux abonnés

43 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter