international

Pénurie de gaz : l’Allemagne ne prolongera pas ses centrales nucléaires Abonnés

Thèmes abordés

Allemagnenucléaire

Malgré la menace d'une pénurie d'énergie cet hiver, le gouvernement allemand s'entête à vouloir démanteler trois centrales nucléaires dont la fermeture est prévue cette année.

Pénurie de gaz : l’Allemagne ne prolongera pas ses centrales nucléaires
Le 23 août 2022

Comme un goût amer. Face à la situation énergétique critique, le gouvernement allemand pourrait bien regretter la décision d’Angela Merkel prise en 2011 d’arrêter l’énergie nucléaire — décision prise sous pression des Verts après l’accident de la centrale de Fukushima au Japon qui, rappelons-le, n’avait causé aucun décès. Mais la menace d’une pénurie de gaz ne semble pas faire dévier le gouvernement de son objectif zéro nucléaire.

En effet, alors que trois centrales encore actives doivent s’arrêter à la fin de l’année, d’après l’agenda prévu par l’ex-chancelière, le ministre allemand de l’Économie Robert Habeck a d’ores et déjà exclu de prolonger leur durée de vie. Si le sujet divise toujours au sein du gouvernement allemand, le ministre a décidé que le débat était clos : « Le gain en énergie ne serait pas suffisant pour valoir la peine de rouvrir le débat sur la sortie du nucléaire compte tenu du consensus sur le sujet », a-t-il estimé, affirmant que dans le meilleur des cas, cela permettrait d’économiser 2% de la consommation de gaz cet hiver. Pourtant, le chancelier allemand lui-même, Olaf Scholz, avait affirmé au début du mois d’août que « cela pouvait quand même avoir du sens » de ne pas les couper dans l’immédiat, laissant entrevoir un éventuel report de leur fermeture. De son côté, le ministre libéral des Finances, Christian Lindner, s’était même montré favorable à une prolongation des centrales pour « plusieurs années », arguant qu’il valait mieux « réserver toutes les possibilités ».

Plus idéologique que rationnel, cet entêtement à ne pas vouloir revenir sur la sortie nucléaire est un nouveau camouflet pour un pays qui a pourtant démontré la fragilité de son modèle, très dépendant du gaz russe. Or, si la remise en service d'une centrale dont le démantèlement a déjà commencé peut être...

Contenu réservé aux abonnés

18 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter