International

L’OMS alerte sur l’explosion des troubles mentaux après la pandémie de Covid-19 Abonnés

Dans un mémoire paru ce 2 mars, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) alerte sur une augmentation très forte des troubles de la santé mentale à la suite du Covid-19. Les jeunes se révèlent particulièrement touchés.

L’OMS alerte sur l’explosion des troubles mentaux après la pandémie de Covid-19
Le 2 mars 2022

La pandémie de Covid-19 — ou plus exactement son traitement médiatique anxiogène et les mesures liberticides qui ont été prises un peu partout dans le monde — a eu de lourdes conséquences sur la santé mentale des populations. Sur Bas les Masques, nous avions d’ailleurs été parmi les premiers à donner la parole à des spécialistes qui ont alerté à ce sujet, au moment où la plupart des grands médias faisaient l’impasse sur cette question pourtant primordiale.

Maintenant que l’épidémie semble s’éloigner — et qu’elle est remplacée médiatiquement par le sujet de la guerre russo-ukrainienne et sa potentielle dérive vers un conflit de grande ampleur — le bilan de ces deux années à vivre au rythme du virus commence enfin à sortir. Et les chiffres sont peut-être encore pires que prévus, si l’on en croit les conclusions d’un mémoire de l’OMS rendu public ce mercredi 2 mars. Celui-ci rapporte en effet un bond de plus de 25% des cas d'anxiété et de dépression dans le monde, et indique que la crise sanitaire a nettement gêné l'accès aux services de soins consacrés à la santé mentale et poussé à une augmentation des comportements suicidaires.

Ainsi, en 2020, les cas de troubles dépressifs majeurs et de troubles anxieux ont augmenté respectivement de 27,6% et 25,6% dans le monde, constituant « une augmentation très importante » selon Brandon Gray, coordinateur du mémoire et membre du département santé mentale et usage de substances psychoactives à l'OMS. Parmi ces cas, les femmes ont été plus touchées que les hommes, et les jeunes, notamment la tranche d’âge 20-24 ans, sont davantage concernés que les groupes plus âgés.

Ce qui n’a rien d’étonnant, sachant que les mesures liberticides décrétées contre la pandémie ont avant tout handicapé les plus jeunes, dans leur vie sociale, affective, mais aussi étudiante et même professionnelle, nombre d'entre eux s’étant retrouvés privés d’emploi et...

Contenu disponible gratuitement

16 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter