International

L’Ukraine va récompenser les double vaccinés avec de l'argent Abonnés

Dès le 19 décembre, l'Ukraine va proposer une rémunération  pour les personnes doublement vaccinées. Une nouvelle manière de discriminer les citoyens en fonction de leur statut sanitaire, quitte à rompre encore plus la confiance avec la population.

L’Ukraine va récompenser les double vaccinés avec de l'argent
Le 16 novembre 2021

Pour diviser les vaccinés et non vaccinés et inciter à passer à la piqûre, il y a le bâton, mais aussi la carotte. C’est en tout cas l’idée qu’a eu le président Ukrainien Volodymyr Zelensky en décidant de rémunérer les personnes entièrement vaccinées contre le Covid-19 : « Chaque personne ayant reçu deux doses pourra obtenir 1.000 hryvnias (35 euros) », a-t-il promis. Une somme conséquente dans ce pays qui est l’un des plus pauvres d’Europe, et qui n’est pas sans rappeler les campagnes douteuses d’incitation à la vaccination, notamment aux États-Unis.

Le chef d’État ukrainien a par ailleurs précisé que cet argent pourrait être dépensé pour un abonnement dans une salle de sport, pour aller au cinéma, au théâtre, au musée ou encore pour se payer un voyage par train ou par avion à l'intérieur du pays : « C'est le soutien des industries les plus frappées par des confinements » avance-t-il. Le projet qui devrait démarrer le 19 décembre coûtera la bagatelle de 200 millions d’euros.

Ce chantage à la vaccination séduira-t-il les réticents (nombreux, dans ce pays où 28% de la population est entièrement vaccinée) ? Rien n’est moins sûr, car comme en France, la vaccination s’est accélérée sous la pression des autorités après que celles-ci ont mis en place des restrictions pour les non-vaccinés, comme l’obligation de montrer un pass sanitaire pour accéder à certains lieux publics.

C’est en tout cas l’illustration que certaines élites rivalisent d’ingéniosité pour modeler le comportement de leur population, quitte même à renoncer à établir une politique basée sur la confiance. Stratégie qui, en plus d’être moins liberticide, peut même s’avérer plus efficace que la contrainte, comme le montre l’exemple suédois où le taux de vaccination chez les personnes à risque est plus élevé que dans d’autres pays pourtant...

Contenu réservé aux abonnés

1 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter