International

Géo-ingénierie solaire : ces « solutions » délirantes pour lutter contre le réchauffement climatique Abonnés

Thèmes abordés

Climatréchauffement climatique

La nouvelle Commission mondiale sur la gouvernance des risques liés au dépassement climatique a mis à son agenda des techniques de géo-ingénierie solaire. Des techniques nous projetant dans un monde dystopique vendu par une énième organisation portée sur l’idée d’une gouvernance mondiale.

Géo-ingénierie solaire : ces « solutions » délirantes pour lutter contre le réchauffement climatique
Le 30 mai 2022

« Il ne faut pas compter sur ceux qui ont créé les problèmes pour les résoudre. » S’il n’est pas certain que l’on puisse attribuer cette citation à Albert Einstein, le message reste clair lorsqu’il s’agit d’évaluer le degré de confiance à accorder à ceux qui prétendent organiser le monde pour l’intérêt de tous. Créée au sein du Forum de Paris sur la paix — manifestation internationale portant sur les questions de gouvernance mondiale présidée par l’ancien directeur général de l’Organisation mondiale du commerce français Pascal Lamy —, la Commission mondiale sur la gouvernance des risques liés au dépassement climatique a débuté ses travaux, le 17 mai dernier. Réunissant une quinzaine de membres — parmi lesquels des anciens commissaires européens, chefs d’État, ministres ou diplomates — la commission a pour but de réfléchir à une stratégie pour réduire les risques liés à une hausse supérieure à un dépassement climatique de 1,5 °C, objectif le plus ambitieux de l’accord de Paris.

Se réunissant tous les trois mois, cette fameuse « Climate Overshoot Commission » doit prochainement se pencher sur le déploiement la géo-ingénierie solaire, un ensemble de techniques destinées à modifier le climat à grande échelle en contrôlant, tant que faire ce peu, le rayonnement du Soleil sur la Terre. Rien que ça. Il s’agit donc de réfléchir à leur faisabilité, leurs bénéfices et leurs potentiels, mais surtout au processus de décision, c’est-à-dire, la question de la gouvernance. « Si la réduction considérable et rapide des émissions doit être l’objectif central de toute politique climatique, l’action collective contre le [réchauffement] doit prendre en compte l’ensemble des réponses possibles pour réduire activement les risques », explique la nouvelle commission dans sa présentation, précisant : « Ces options comprennent des mesures d’adaptation considérablement élargies pour réduire la vulnérabilité climatique, l’élimination du carbone pour retirer le dioxyde de carbone de l’atmosphère, et éventuellement la...

Contenu réservé aux abonnés

55 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter