France

Vaccination anti-Covid : une mode bourgeoise ? Abonnés

Thèmes abordés

sociologievaccinationanalyse

Les personnes vaccinées sont-elles aussi les plus aisées ? Derrière le mépris de classe qu’elle pourrait susciter, cette affirmation semble être plutôt vérifiable. Mais au-delà des clichés les plus arrogants, cela cache une sécession d’une partie de la France vis-à-vis de l’hystérie sanitaire.

Vaccination anti-Covid : une mode bourgeoise ?
Le 15 juillet 2021

Au printemps 2020, alors que la vaccination anti-Covid en était encore au stade de l’hypothèse, les sondeurs et sociologues analysaient déjà la défiance des Français. Le projet Coconel, financé par l’Agence nationale de la recherche relevait à l’époque qu’entre 20 et 25% de la population ne comptaient pas se faire vacciner. Le sociologue Jeremy Ward, chercheur au Groupe d’étude des méthodes de l’analyse sociologique de la Sorbonne commentait ces réticences sur un ton méprisant comme étant « notamment bien plus fortes chez les personnes se sentant proches des partis d’extrême gauche et d’extrême droite. » Au-delà de la caricature politique, cet électorat est aussi celui appartenant aux catégories socioprofessionnelles les moins élevées. Cela a-t-il y lien ? Nous y reviendrons plus tard.

Après la carotte, le bâton

Peu à peu, cette défiance — en réalité générale, après les mensonges sur les masques, sur les hypothèses concernant l’origine du virus, le scandale du Remdesivir, — s’est accentuée. En décembre dernier, Bas les masques se faisait l’écho d’une étude de la Fondation Jean Jaurès, qui s'était émue du fait que seulement 54% des Français assureraient vouloir se faire vacciner contre le Covid-19. Populistes, extrémistes, complotistes, « antivax »… Tous les anathèmes étaient bons pour jeter le discrédit sur une défiance légitime vu la vitesse à laquelle ces produits ont été développés avec la pression des États.

Puis, les vaccins ont été acceptés les uns après les autres par les agences sanitaires et la campagne a été lancée progressivement dès janvier. La vaccination marquant le pas, l’exécutif a donc décidé de passer au bâton, constatant que la carotte ne suffisait plus. Et cela semble pour l’instant fonctionner… Après l’annonce d’Emmanuel Macron d’étendre le pass sanitaire à une multitude de lieux et d’activités de la vie quotidienne, actant ainsi une sorte d’apartheid vaccinal,...

Contenu réservé aux abonnés

75 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter