france

Les masques au graphène « déconseillés » par l’Agence nationale de sécurité sanitaire Abonnés

Thèmes abordés

masquegraphèneAnsesFFP2

L’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) vient de publier un communiqué par lequel elle recommande de retirer du marché les masques FFP2 contenant du graphène. Un problème soulevé depuis longtemps par de nombreux lanceurs d’alerte.

Les masques au graphène « déconseillés » par l’Agence nationale de sécurité sanitaire
Le 14 décembre 2021

Après avoir rappelé 17 millions de masques FFP2 à la suite d'une défaillance en juin dernier, les autorités sanitaires ont enfin pris une décision face à la potentielle dangerosité de certains masques. Ce 14 décembre, l’Anses a publié sur son site internet un communiqué dans lequel celle-ci recommande la mise sur le marché de masques ne contenant pas de graphène (un matériau synthétique composé d’une ou plusieurs couches d’atomes de carbone disposés en réseaux) : « Suite au retrait en avril 2021 du marché canadien de certains masques de protection FFP2 contenant du graphène, les autorités françaises ont suspendu leur distribution le temps que l’Anses évalue les risques sanitaires liés à leur port. Du fait du manque de données sur la toxicité du graphène, l’Agence recommande de privilégier la mise sur le marché de masques sans graphène ». L’agence précise que « en avril 2021, les autorités canadiennes ont retiré du marché plusieurs références de masques de protection FFP2 contenant du graphène sur la base d’un potentiel risque pulmonaire lié à l’inhalation de particules de graphène. Ces mêmes références ayant également été distribuées en France, en particulier aux professionnels de santé, les autorités françaises ont suspendu la distribution de ces masques dans l’attente d’une évaluation des risques par l’Anses, saisie par la Direction Générale de la Santé ».

Après cette expertise, l’Anses avait souligné que « les données disponibles ne mettent pas en évidence de situations d’exposition préoccupantes », tout en précisant que « pour autant, il est impossible d’évaluer le risque pour la santé liée à l’exposition au graphène, en raison du manque d’information sur le graphène utilisé par les fabricants et sur la toxicité de cette substance, en particulier à long terme ». L’Anses a également constaté que « les objectifs visés par les fabricants du fait de l’ajout de graphène dans les masques ne sont ni exprimés ni démontrés »...

Contenu réservé aux abonnés

28 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter