analyses

Laurent Mucchielli signe une tribune parue dans QG, le média libre Abonnés

Thèmes abordés

censure

Avec l’aimable autorisation de Laurent Mucchielli, nous publions sa tribune parue dans QG, Le média libre et intitulée « À-t-on encore le droit d’exercer son esprit critique en France » ? Déjà soutenue par plus d’un millier de signataires issus notamment du monde médical, juridique ou encore universitaire, elle dénonce la censure qui s’exerce à l’encontre de toutes les voix qui conteste la doxa sur le Covid-19.

Laurent Mucchielli signe une tribune parue dans QG, le média libre
Le 1er septembre 2021

Après avoir été censuré par Médiapart, qui a supprimé un article de son blog dans lequel il analysait la mortalité liée à la vaccination contre le Covid-19, Laurent Mucchielli — contributeur régulier de Bas les Masques — nous avait accordé un grand entretien pour dénoncer cette situation. Depuis cette affaire, il est désormais la cible d’attaques répétées qui vont jusqu’à exiger des sanctions de la part du CNRS, auprès duquel il est directeur de recherches. Contre cette police de la pensée, Laurent Mucchielli a initié une tribune exclusive publiée sur QG, le média libre. Désormais forte de plus d’un millier de soutiens, nous vous proposons de la retrouver ici, avec l’aimable autorisation de son auteur.

Liberté d’aller et venir, liberté d’expression, liberté de commerce, liberté syndicale, droit au travail, égalité des droits de tous les citoyens, non-discrimination dans l’accès aux biens, lieux et services de la société (dont l’accès aux soins et l’accès à l’éducation), confidentialité des données de santé… la liste est longue, très longue.

Les états d’urgence s’empilent les uns sur les autres. Le Parlement est traité comme une simple chambre d’enregistrement. Le Président de la République gère seul la situation avec un « Conseil de défense sanitaire » dont aucun compte rendu de réunions n’est consultable. Les médias de toutes tendances ne laissent quasiment aucune place au débat contradictoire et ils répercutent la communication gouvernementale sans distance. Les réseaux sociaux ne sont plus du tout le support de la liberté d’expression qu’ils vantaient à leurs débuts. Google (propriétaire de YouTube) et Facebook ne se contentent plus d’orienter nos pensées à l’aide d’algorithmes. Avec d’autres (Twitter, Linkedin, etc.), ils opèrent désormais une censure massive de tout ce qui contredit le discours officiel sur le Covid.

Dans un tel contexte, certains se croient tout permis. Les influenceurs...

Contenu disponible gratuitement

59 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter