International

Antiterrorisme : l’OTAN teste un nouveau système de surveillance en Italie Abonnés

Thèmes abordés

surveillance

Dans le cadre de la lutte antiterroriste, un nouveau système de surveillance dans les transports en commun est actuellement testé par l’OTAN en Italie, dans le métro de Rome. Après la mise en place d’un système de « crédit social » dans la ville de Bologne, nos voisins transalpins sont une nouvelle fois en pointe dans l’expérimentation de la surveillance généralisée.

Antiterrorisme : l’OTAN teste un nouveau système de surveillance en Italie
Le 27 mai 2022

Être de plus en plus contrôlés et surveillés, mais pour le bien de tous ! C’est ce qui semble être la logique à l’oeuvre en Italie depuis quelques temps. D’abord en ayant été le premier pays d’Europe à mettre en oeuvre des mesures sanitaires drastiques directement inspirées du modèle chinois — confinement, masques partout et traçage numérique, qui ont ensuite contaminé de nombreux pays européens  — puis en testant, pour le moment dans la ville de Bologne, un système de crédit social particulièrement inquiétant visant à récompenser les « bon citoyens ».

Désormais, ce n’est plus seulement la Chine qui exporte son modèle de gestion de la société chez nos voisins italiens, mais carrément l’OTAN qui vient expérimenter de façon grandeur nature un nouveau système de surveillance pour la lutte antiterroriste, baptisé « Dexter ». Ce dispositif, qui est l'un des projets de recherche scientifique à vocation non militaire de l’Alliance Atlantique, est destiné à sécuriser les métros, les gares et les aéroports, lieux de transit quotidien millions de voyageurs dans le monde, et cibles potentielles d’attentats terroristes. Si l’intention de protéger les populations du risque terroriste est louable, il faut tout de même garder à l’esprit que l’essentiel des avancées sécuritaires de ces vingt dernières années — depuis les attentats du World Trade Center, le 11 septembre 2001 — se sont faites dans le cadre de la sécurité publique face à des risques certes de plus en plus présents, mais auxquels les pouvoirs publics répondent davantage par une accélération de la société de contrôle plutôt que par des mesures politiques.

Ainsi, pour en revenir au projet « Dexter », des militaires de l'Otan testent en ce moment dans le métro de Rome des technologies capables de détecter des armes ou des explosifs. Dans la pratique, ce système intègre des technologies de capteurs et de logiciels afin de fournir des informations en temps réel...

Contenu réservé aux abonnés

64 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter