Analyses

YouTube, fer de lance de la censure algorithmique Abonnés

Thèmes abordés

GAFAMcensureYoutubealgorithme

La crise sanitaire a renforcé le contrôle de l’information sur les réseaux sociaux, les GAFAM menant désormais une véritable traque à toute parole discordante. Parmi eux, YouTube en est l’une des plus flagrantes illustrations, dont Bas les Masques a récemment fait les frais.

YouTube, fer de lance de la censure algorithmique
Le 20 mai 2021

Ce n’est un secret pour personne : sur Internet, les GAFAM font désormais la pluie et le beau temps en matière d’information, se permettant de multiplier les recommandations, avertissements ou commentaires, allant jusqu’à censurer des contenus sans fournir de justification particulière. Un problème certes déjà présent depuis quelques années, mais que la crise sanitaire aura particulièrement mis en avant. Il n’est désormais plus rare de voir des vidéos détectées par des algorithmes qui jugent un intervenant « tendancieux » ou abordant un sujet considéré comme « sensible » être censurées sans sommation. C’est ce qui est arrivé à Bas les Masques le 3 mai dernier, lorsque notre entretien avec le professeur Christian Perronne a été supprimé pour le motif « informations médicales erronées »… après avoir fait plus de 100 000 vues en seulement quelques jours. Au passage, on appréciera les connaissances scientifiques des algorithmes de YouTube qui sont capables de faire le tri entre les bons et les mauvais médecins !

Mais notre média est bien évidemment loin d’être le seul à qui s’attaque YouTube, visiblement bien décidé à mener une véritable guerre de l’information. Si des médias alternatifs comme France Soir ou des collectifs comme Réinfo Covid (dont Louis Fouché est le porte-parole) ont subi les foudres de YouTube, la plateforme se sent désormais pousser des ailes et s’attaque même à de grands médias généralistes. Ainsi, c’est carrément Sud Radio qui a eu maille à partir avec l’hébergeur de vidéos à la fin du mois de mars dernier, la radio se voyant menacée d’une suppression pure et simple de sa chaîne. Le site du magazine Capital expliquait à ce sujet :« Si YouTube s’énerve, c’est au sujet du discours sur le Covid tenu à l’antenne de Sud Radio. La filiale de Google a durci sa politique, et...

Contenu réservé aux abonnés

67 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter