France

Vies épargnées contre vies détruites : le bilan désastreux du confinement Abonnés

Thèmes abordés

étudeconfinementbénéfice risque

Une étude du think tank GenerationLibre dresse le bilan socioéconomique des restrictions sanitaires en France. Avec 1 200 000 années de vies perdues contre 500 000 gagnées, force est de constater que le remède est bien pire que le mal.

Vies épargnées contre vies détruites : le bilan désastreux du confinement
Le 12 mai 2021

Le rapport coût/bénéfice des restrictions sanitaires imposées aux Français depuis plus d’un an est-il favorable ? À défaut d’une étude d’impact réalisée par un exécutif, qui a pourtant mis en place ces mesures, c’est le think tank libéral GenerationLibre qui s’y est collé. En France, relèvent les auteurs, c’est la première note de ce type à avoir été réalisée, tandis que deux études anglaises et une canadienne ont déjà conclu la même chose : à savoir que les coûts du confinement étaient supérieurs aux avantages.

Les auteurs ont observé la période allant de mars 2020 à avril 2021, comprenant ainsi les effets des deux confinements et des nombreuses mesures annexes (commerces « non essentiels » fermés, couvre-feu…). Ils ont chiffré cette équation grâce à une méthodologie permettant de mesurer les conséquences positives et négatives des confinements sur l’espérance de vie des Français : « D’un côté, les années de vie gagnées grâce aux mesures restrictives, de l’autre les années de vie perdues par les déclassements économiques. »

Dans un premier temps, les auteurs de l’étude rappellent que l’efficacité des restrictions sanitaires fait débat et que les modèles mathématiques censés l’évaluer présentent de nombreuses limites. Ils mentionnent par exemple ce que Bas les masques avait déjà relevé il y a plusieurs mois, à savoir que « les travaux des équipes de l’INSERM concluaient début février 2021 que, sans confinement, la France ferait face à plus de 20 000 hospitalisations par semaine à la fin février 2021 et plus de 30 000 à la mi-mars 20219. Il y en a eu respectivement 9 480 et 12 719 malgré l’absence de mesures restrictives fortes. Si un confinement avait été mis alors en place, il aurait été facile de conclure, à tort, à partir de ces résultats que les mesures de restrictions ont...

Contenu réservé aux abonnés

67 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter