France

Variole du singe : la Haute autorité de Santé recommande de vacciner après une exposition Abonnés

Thèmes abordés

santé publique

Après l'apparition de cas de variole du singe en Europe (dont trois en France) la Direction générale de la santé a saisi la HAS quant à la stratégie vaccinale à mettre en œuvre. Cette dernière recommande aujourd’hui de vacciner les adultes dont le contact avec une personne infectée est considéré comme "à risque".

Variole du singe : la Haute autorité de Santé recommande de vacciner après une exposition
Le 24 mai 2022

À la suite d'une saisine en urgence par le Directeur général de la santé, la Haute Autorité de Santé a précisé la stratégie vaccinale à mettre en œuvre afin de limiter la transmission du Monkeypox dans un avis paru ce mardi 24 mai. 

La HAS considère ainsi qu’une stratégie de vaccination réactive "paraît pertinente au regard des délais d’incubation de la maladie souvent compris entre 6 et 16 jours mais également que la stratégie vaccinale adoptée dans les autres pays européens et des données précliniques transmises par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) qui, bien que préliminaires et limitées, étayent l’intérêt d’une vaccination rapidement après l’exposition au virus".

Dès lors, la HAS "recommande la mise en œuvre d’une stratégie vaccinale réactive en post-exposition" avec un vaccin "administré idéalement dans les 4 jours après le contact à risque et au maximum 14 jours plus tard avec un schéma à deux doses (ou trois doses chez les sujets immunodéprimés)".

Une stratégie qui devra être mise en place "dès l’identification d’un cas d’infection à la suite d’une investigation de l’ARS et de la cellule régionale de Santé publique France".

La HAS indique en outre qu'elle "adaptera cette recommandation préliminaire en fonction des nouvelles données épidémiologiques et cliniques disponibles" et insiste sur "l’importance de disposer prochainement de données plus précises sur le mode transmission interhumaine pour les cas actuellement identifiés" et de "données de suivi de l’épidémie". 

L'institution ajoute par ailleurs que "dans le contexte épidémique actuel, il est primordial d’adopter des mesures de prévention et de protection personnelles au-delà des mesures renforcées d’identification et de suivi des cas (dépistage, identification des contacts, isolement des cas) et de la stratégie vaccinale préconisées". 

Enfin, la Haute Autorité de Santé précise que "la stratégie vaccinale proposée s’inscrit dans...

Contenu disponible gratuitement

13 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter