Analyses

Vaccins anti-Covid : la liste des potentiels effets secondaires s’allonge Abonnés

Thèmes abordés

vaccineffets secondairesvaccinationreinsoedèmes

L’Agence européenne du médicament a annoncé qu’elle étudiait le lien de trois affections avec la vaccination anti-covid. De quoi à nouveau jeter le trouble sur la stratégie de vaccination généralisée choisie par le gouvernement, et à laquelle celui-ci n’est pas près de renoncer.

Vaccins anti-Covid : la liste des potentiels effets secondaires s’allonge
Le 12 août 2021

Après les thromboses, les myocardites ou encore les syndromes de Guillain-Barré, il est probable que la liste des effets secondaires graves des vaccins anti-Covid s’allonge. Après avoir recensé un certain nombre de cas survenus peu après vaccination — pas de précisions sur le nombre de cas observés —, l’Agence européenne du médicament (EMA) a annoncé ce mercredi qu’elle avait débuté l’étude du lien entre trois affections et les vaccins à ARN messager de Pfizer et Moderna.

La première affection qui a retenu l’attention de l’EMA est un érythème polymorphe, une réaction allergique cutanée qui prend la forme de taches rouges et surélevées de forme concentrique. Provoquées à l’origine par une infection (typiquement au virus herpès simplex) ou une exposition à certaines substances, les érythèmes polymorphes peuvent se manifester sous une forme mineure ou plus sévères. Dans certains cas exceptionnels, ils peuvent évoluer en syndrome de Stevens-Johnson, voire en syndrome de Lyell, des affections très graves et potentiellement mortelles. Aucune donnée sur la gravité des cas relevés n’a été pour le moment communiquée par l’EMA.

Les deux autres affections étudiées touchent les reins. La glomérulonéphrite, dans un premier temps, est un trouble des glomérules (pelotes de microscopiques vaisseaux sanguins dans les reins avec de petits pores à travers lesquels le sang est filtré). Quant au syndrome néphrétique, il se caractérise par un gonflement (œdème) au niveau des tissus corporels, une hypertension artérielle et la présence de globules rouges dans l’urine. Ici non plus, rien n’a été communiqué sur la gravité des cas observés.

En eaux troubles

Pour tirer les choses au clair, l’EMA a donc assuré avoir réclamé de nouvelles aux laboratoires Pfizer et Moderna afin d’éclairer la situation. L’action Moderna Inc s’étant écroulée de près de 16% après les annonces de l’EMA, il y a fort à parier que le...

Contenu réservé aux abonnés

47 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter