France

Vaccination des sportifs : l'étrange tabou Abonnés

Thèmes abordés

vaccinPfizereffets secondairesvaccinationvaccinssportsvaccination obligatoire

En fin de semaine dernière, le joueur de tennis Jéremy Chardy a annoncé suspendre sa saison pour une durée indéterminée en raison d’une réaction au vaccin Pfizer. Une annonce qui rappelle le cas de l’athlète Christophe Lemaitre, privé de championnats de France pour les mêmes raisons au début de l’été, suivi par de multiples exemples étranger. De quoi relancer le débat quant à la réelle innocuité de la vaccination ? 

Vaccination des sportifs : l'étrange tabou
Le 28 septembre 2021

« Depuis que j'ai eu mon vaccin, j'ai un problème, j'enchaîne les galères. Du coup, je ne peux pas m'entraîner, je ne peux pas jouer » a annoncé le joueur de tennis Français Jérémy Chardy à l’AFP le 24 septembre dernier. Pour le 73ème mondial, la situation est d’autant plus difficile qu’à bientôt 35 ans, la fin de carrière approche : « Dans la tête c'est difficile parce que je ne sais pas combien de temps ça va durer. Pour l'instant, ma saison est arrêtée et je ne sais pas quand je reprendrai, je suis peut-être un petit peu négatif mais c'est la première fois que me traverse l'esprit l'idée que la saison prochaine est peut-être ma dernière. J'y pense. C'est difficile parce que je me faisais plaisir et j'avais envie de jouer plus longtemps. » Et le sportif d’indiquer clairement regretter d’avoir fait le vaccin, en raison notamment de l’absence de recul : « Le problème, c'est qu'on n'a pas de recul sur le vaccin. Il y a des personnes qui ont eu des choses similaires, mais les durées ont été vraiment différentes. »

Et le cas de Jérémy Chardy n’est pas vraiment isolé : au mois de juillet, c’est un autre célèbre sportif Français, Christophe Lemaître, qui s’était vu contraint d’annuler sa participation aux Jeux Olympiques de Tokyo en raison d’une mauvaise réaction à la vaccination reçue en mai, et qui avait entraîné des conséquences sur ses performances physiques. Testé positif au covid-19 en octobre 2020 (mais n’ayant développé qu’une forme asymptomatique), le sprinteur n’a donc reçu qu’une dose de vaccin en mai qui, contrairement à l’infection, l’a cette fois rendu malade : « On a étudié différentes possibilités, mais il semblerait bien qu’il ait simplement mal réagi au vaccin » avait ainsi précisé l’un de ses entraîneurs, ajoutant même que Christophe Lemaître était...

Contenu réservé aux abonnés

70 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter