International

Utérus artificiels surveillés par une IA : une dystopie chinoise bientôt réalité Abonnés

Thèmes abordés

ChinetranshumanismePCCintelligence artificielleIA

Des chercheurs chinois mettent au point une technique pour faire croître des fœtus dans un utérus artificiel autonome et surveillé par une intelligence artificielle. Un nouveau pas vers une société transhumaniste.

Utérus artificiels surveillés par une IA : une dystopie chinoise bientôt réalité
Le 21 février 2022

Se servir d’un problème structurel comme cheval de Troie pour imposer un nouveau modèle de société déshumanisée : avec le pass vaccinal, les libertés suspendues en raison de l’effondrement du système de santé et le développement de la télé-médecine, le Covid nous aura offert une ribambelle d’exemples de cette manipulation. Et en la matière, la Chine n’est pas en reste.

Pour faire face à la chute de taux de natalité dans le pays — conséquence de la sévère politique de l’enfant unique abolie depuis —, le Parti communiste chinois (PCC) autorise depuis 2016 les couples à avoir deux enfants, puis trois enfants depuis 2021. Or, ce revirement ne semble pas suffire puisque le taux de natalité est descendu à seulement 7,52 naissances pour 1 000 personnes en 2021, un chiffre historiquement bas et qui accélère le problème du vieillissement de la population.

Le pouvoir pourrait donc faire appel à ce qui est présenté comme une révolution dans un article du South China Morning Post. Ce dernier rapporte les travaux de chercheurs présentés dans la revue Journal of Biomedical Engineering sur une « nounou » robotique capable de gérer les besoins de fœtus placés dans un utérus artificiel. Ce dernier, aussi appelé « appareil de culture d’embryon à long terme », est décrit comme un système contenant des fluides nutritifs dans lequel sont placés des embryons de souris. Cette fameuse « nounou » intelligence artificielle, est chargée d’ajuster les flux de dioxyde de carbone et d’éléments nutritifs, et d’intervenir sur certains facteurs environnementaux. Grâce à des modules optiques, le robot peut surveiller le développement des embryons sans les manipuler, optimiser le fonctionnement du système, classifier les embryons selon leur état de santé et leur potentiel pour leur développement futur, détecter les anomalies et signaler tout problème majeur à un technicien.

Entre eugénisme et fin de la...

Contenu réservé aux abonnés

41 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter