Analyses

Un an de chauchemar : relâchement et réprimandes Abonnés

Thèmes abordés

déconfinementFeuilleton

EPISODE 8

À l’occasion du premier anniversaire de la crise sanitaire, Bas les masques vous propose un retour hebdomadaire sur les différentes étapes qui ont jalonné cette année cauchemardesque. Cette semaine, le huitième épisode revient sur la lassitude grandissante d’une partie de la population à l’approche de la sortie du confinement, qui s’est vue pointée du doigt pour son « relâchement ».

Un an de chauchemar : relâchement et réprimandes
Le 2 mai 2021

Au retour des beaux jours, les initiatives conviviales fleurissent. Quoi de plus normal, lorsque l’on est privé d’interactions sociales depuis plusieurs mois et que tous les lieux de culture, de fêtes et de partage restent désespérément clos. Pour de nombreux jeunes notamment, très impactés par la situation, il apparaît désormais impossible de continuer à vivre plus longtemps dans ces conditions. D’où la multiplication des évènements qui font régulièrement bondir les intervenants alarmistes, ces derniers dénonçant avec délectation des comportements « irresponsables ».

Dernier petit scandale en date : une fête en extérieur réunissant quelques centaines de personnes le dimanche 25 avril 2021 au parc des Buttes-Chaumont, à Paris, ayant donné lieu à l’ouverture d’une enquête pour « mise en danger de la vie d’autrui ». Dans le même temps se tenait le procès de deux frères qui avaient organisé un évènement similaire un mois plus tôt sur les quais à Lyon, et qui ont été condamnés le 27 avril à 300 euros d’amendes et, bien plus scandaleux, à 3 mois de prison avec sursis. On ne plaisante décidément pas avec les mesures restrictives, même lorsque celles-ci n’ont aucun sens.

Un scénario de « relâchement » mâtiné de reproches et de sanctions qui rappelle clairement celui que nous vivions l’an dernier, dans la période charnière entre les mois d’avril et mai 2020, lorsque les belles journées ensoleillées donnaient envie d’aller profiter de l’extérieur au lieu de rester enfermé pour rien. Avec en ligne de mire la perspective d’un déconfinement annoncé qui se rapprochait encore trop lentement pour de nombreux Français déjà fatigués.

Un an jour pour jour avant la séquence des Buttes-Chaumont — le 25 avril 2020 — ce sont quelques pas de danse en extérieur sous les fenêtres d’un immeuble du XVIIIème arrondissement de Paris qui avaient été l’élément déclencheur...

Contenu disponible gratuitement

70 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter