France

Troisième confinement tardif en France ? Le Monde joue les apprentis épidémiologistes Abonnés

Thèmes abordés

statistiquesle Mondeépidémiologiepressejournaliste

Selon les calculs du journal Le Monde, si le gouvernement avait pris les mesures d’avril deux mois plus tôt, on aurait pu éviter 14 600 décès. Mais la méthodologie et les présupposés étant bancals, le résultat final peine à être crédible.

Troisième confinement tardif en France ? Le Monde joue les apprentis épidémiologistes
Le 18 juin 2021

Apparemment, il n’y a pas qu’Emmanuel Macron qui a passé son diplôme d’épidémiologiste cette année. Les Français retrouvent à peine les libertés qu’on leur a indûment retirées ces derniers mois, que le journal Le Monde se met à faire des calculs pour savoir si le gouvernement n’aurait pas dû être encore plus liberticide. Dans un article intitulé « Le lourd coût humain d’un troisième confinement tardif en France », le quotidien se demande ce qu’il se serait passé « si Emmanuel Macron avait écouté son conseil scientifique et pris les mêmes mesures [de confinement] deux mois plus tôt », c’est-à-dire en février au lieu d’avril. « Combien de vies humaines auraient-elles pu être sauvées ? », renchérit l’auteur sur un ton accusateur. « Combien d’hospitalisations, de passages traumatisants en réanimation, de longues séquelles auraient-ils pu être évités ? »

Voilà sa réponse : selon les estimations du journal, environ 14 600 décès, 112 000 hospitalisations, dont 28 000 en réanimation, et 160 000 cas de Covid-19 longs auraient pu être évités. Pour arriver à ces résultats, ils ont simplement pris les courbes d’évolution des trois indicateurs épidémiologiques principaux (décès, réanimations, hospitalisations), les ont décalées de deux mois en amont et ont évalué la différence entre les deux courbes. Si la méthodologie peut paraître un peu barbare, elle a pourtant été adoubée, précise l’article, par « l’équipe de l’épidémiologiste Pascal Crépey, à l'École des hautes études en santé publique de Rennes ».

Ce dernier, par ailleurs, expose les limites d’une telle méthodologie qui permettrait tout de même, selon lui, de donner « un ordre de grandeur, tout à fait vraisemblable, même si ce n’est pas un calcul parfaitement rigoureux ». Outre quelques détails comme le respect du confinement — qui aurait pu, on ne sait trop pourquoi, être moins bien...

Contenu réservé aux abonnés

42 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter