France

Tests réduits à 24h : le Conseil d’État se soumet aux incohérences du gouvernement Abonnés

Thèmes abordés

tests pcrConseil d'Etat

Ce mardi, le Conseil d’État a refusé le recours en référé plaidé la semaine dernière contre le raccourcissement de la durée de validité des tests à 24 heures. Une décision qui montre le suivisme sans fin de cette institution, quitte à valider les argumentations les plus bancales du gouvernement.

Tests réduits à 24h : le Conseil d’État se soumet aux incohérences du gouvernement
Le 13 décembre 2021

Mercredi 8 décembre, Bas les masques s’est rendu au Conseil d’État pour assister à l’audience contre le décret du 25 novembre 2021 qui a réduit la durée de validité des tests Covid à 24 heures. Le verdict est tombé ce mardi et les nombreux requérants — le Cercle Droit & Liberté, le collectif Les Pendus, le parti VIA - La Voie du Peuple de Jean-Frédéric Poisson, l’association de défense de la santé publique et de l’environnement ou encore Bon sens, ainsi que de nombreux particuliers — ont été déboutés de leur demande.

Cette nouvelle disposition « n’est évidemment pas une obligation vaccinale déguisée ! » proclamait l’un des avocats du gouvernement lors de l’audience. Cette phrase, qui avait provoqué l’hilarité dans la salle d’audience, semble pourtant avoir suffi pour convaincre les juges.

En effet, selon le Conseil d’État — ou plutôt selon le gouvernement, puisque c’est bien sur sa position que Haute cour s’aligne systématiquement, sans montrer de réelle indépendance de jugement —, la limitation de la durée de la validité des tests à 24 heures serait justifiée par la situation sanitaire et la reprise de l’épidémie.

Contresens scientifiques

Le Conseil d’État justifie également sa décision en avançant « qu’il n’est pas sérieusement contesté que la vaccination, si elle ne supprime pas, diminue la contagiosité de la personne vaccinée et ses risques de faire des formes graves alors que le test négatif démontre simplement que la personne n’est pas porteuse du virus au moment du test ». À cet argument, Me Philippe Prigent avait soutenu que la population éligible entièrement vaccinée à 90% étant quand même susceptible de contracter le virus (seulement 50% moins de chances selon les chiffres confirmés par le gouvernement lui-même pendant l’audience, le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy avait même évoqué 30% au bout de quelques mois)....

Contenu réservé aux abonnés

51 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter