France

Tabagisme et crise sanitaire : le fiasco d'une communication étouffante Abonnés

Thèmes abordés

covid-19

À l’occasion de la journée sans tabac, Santé publique France vient de publier les résultats d’une étude concernant l’impact de la crise sanitaire sur la motivation à arrêter de fumer, au travers notamment d’une campagne de communication ratée qui tentait d’effectuer un lien douteux entre tabagisme et Covid-19.

Tabagisme et crise sanitaire : le fiasco d'une communication étouffante
Le 31 mai 2022

Le trop-plein de communication ne passe plus, si l’on en juge les résultats d’une étude publiée par Santé publique France en cette « journée sans tabac », visant à analyser le comportement des fumeurs français durant la crise sanitaire au regard de deux campagnes visant à promouvoir l’arrêt de la cigarette. Si la première, qui ne brillait pas par son originalité, n’était autre la cinquième édition du « Mois sans tabac » ayant eu lieu au moment du second confinement national à l’automne 2020, la deuxième est bien plus intéressante car elle a consisté en une « incitation contextualisée à l’arrêt du tabac » pour profiter de la situation inédite qui paralysait la France au début de l’année dernière. Baptisée « opportunité », l’objectif de cette campagne diffusée entre le 5 février et le 5 mars 2021 était de donner une nouvelle dimension à des études expérimentales qui avaient « montré des bénéfices à associer des messages de lutte contre le tabac avec des messages faisant référence à la Covid- 19 », en établissant un rapport direct entre « la nécessité d’arrêter de fumer pour se protéger des formes graves de la maladie et pour réduire la transmission du virus ». Rien que ça ! Sans compter l’utilisation de l’utopie du « monde d’après », en présentant l’arrêt du tabac comme « un des nombreux changements d’habitudes de vie induits par la crise sanitaire ». En clair : faire de la crise sanitaire une « opportunité » pour arrêter de fumer.

En pratique, cette campagne a été principalement numérique avec la diffusion de bannières sur internet, mais également avec la diffusion d’intervention à la radio incluant des chroniques interrogeant des témoins et une tabacologue, ainsi qu’une émission diffusée sur Skyrock — dont on se rappelle l’action en faveur de la communication gouvernementale lors du « vaxibus » et la tristement ridicule campagne « Ça va ? Ça vax ! ». Diffusée...

Contenu réservé aux abonnés

74 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter