International

Sanctions économiques : à qui Bruno Le Maire déclare-t-il la guerre ? Abonnés

Carburant, blé, gaz… S’il est difficile d’estimer l’impact des sanctions occidentales sur l’économie russe, les Français, eux, s’apprêtent à payer une note salée.

Sanctions économiques : à qui Bruno Le Maire déclare-t-il la guerre ?
Le 7 mars 2022

Ce lundi matin, Bruno Le Maire sur BFM TV a appelé les Français à « faire un effort » en réduisant leur consommation d’énergie : « Nous devons tous prendre conscience que nous entrons dans un monde nouveau, qu’il va falloir accélérer notre indépendance vis-à-vis des énergies fossile. » En réalité, c’est surtout vis-à-vis de la Russie qu'il s'agit de s'émanciper s’émanciper. En parallèle, le ministre de l’Économie n’avait eu d’autre idée la semaine dernière — avant de se rétracter quelques heures plus tard — que de vouloir « livrer une guerre économique et financière totale à la Russie » en réaction à l’invasion de l’Ukraine par cette dernière. Mais à regarder qui seront les vrais perdants de cette stratégie, on se demande à qui Bruno Le Maire déclare-t-il réellement la guerre.

Fragilisés par le « quoi qu’il en coûte » sanitaire, les Français se préparent désormais à se serrer la ceinture au bon vouloir de leur gouvernement. Le prix du baril de pétrole Brent de la mer du Nord a frôlé les 140 dollars dimanche soir, proche de son record absolu de 147,50 dollars datant de la crise de 2008. Dans certaines stations françaises, la barre symbolique des 2 euros est parfois franchie. Une situation qui, si elle s’empire, accentuera les vols, agressions et le siphonnage des réservoirs qui se son accentué ces derniers jours. L’arrêt de la production agricole — avec respectivement 75 millions et 33 millions de tonnes de blé produites chaque année, la Russie et l’Ukraine exportent 30% du blé mondial — a fait flamber le court du blé, s’affichant à 393 euros la tonne sur Euronext vendredi, concernant l'échéance de mars, contre 284 euros au mois de novembre. Même constat pour le cours européen du gaz naturel qui a bondi de 60 % ce lundi matin, faisant grimper la référence du marché en Europe, le TTF néerlandais,...

Contenu réservé aux abonnés

51 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter