france

Saint-Valentin : le raté grotesque des « Jeunes avec Macron » Abonnés

À l’occasion de la Saint-Valentin, le mouvement des jeunesses macronistes comptait faire le buzz en utilisant de faux profils à des fins de propagandes sur les applications de rencontres comme Tinder. Ce qui n’a pas plu à cette dernière.

Saint-Valentin : le raté grotesque des « Jeunes avec Macron »
Le 14 février 2022

À la veille de la fête des amoureux, les « jeunes avec Macron » pensaient avoir eu une nouvelle idée brillante en annonçant le lancement d'une nouvelle campagne pour lutter contre l’abstention. Avec en ligne de mire les jeunes célibataires inscrit sur les applications de rencontre comme Bumble (appli permettant aux femmes « de faire le premier pas »), Grindr (spécialisé en rencontres pour les « hommes homosexuels, bisexuels ou bi-curieux ») et la plus célèbre d’entre elles, Tinder. Le tout avec des affiches sans équivoque, adaptées à chaque catégorie.


Les Jeunes Avec Macron


Pour un porte parole des jeunesses macronistes interrogé par BFM TV, la stratégie était simple : créer un profil sur ces applications avec les affiches en question accompagnées du slogan « Je vote et toi ? ». Message simple, qui démontre les progrès effectués depuis le ridicule « Ça va ? Ça vax ! ». Néanmoins, cette idée géniale n’a pas été du goût de Tinder qui y voit — à juste titre — une « utilisation de faux profils » et a indiqué à BFM TV que le compte des « Jeunes avec Macron » ferait l’objet d’une suppression : « Nous n'autorisons pas les faux profils, y compris ceux créés dans le cadre de campagnes politiques, comme indiqué dans nos standards. Nous prenons le sujet de l'usurpation d'identité et de la création de faux profils très au sérieux et avons une politique de tolérance zéro sur ce type de comportement. Si de faux profils sont créés, nous prendrons des mesures adéquates. Tout membre qui crée de faux profils pour utiliser Tinder pour mener une campagne politique verra son profil supprimé. »

Du côté des jeunes fans d'Emmanuel Macron, on se défend de vouloir faire campagne pour le président sortant : « L’idée n’est pas d’inciter les gens à voter Macron, mais de voter. Il n’y a aucune logique partisane dans notre démarche....

Contenu réservé aux abonnés

37 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter