International

Revue de presse rassuriste : le vent est-il en train de tourner ? Abonnés

Thèmes abordés

épidémiecovid-19presseomicronrevue de presse

Chaque semaine, la « revue de presse rassuriste » a vocation à relever les nombreux changements de discours des personnalités alarmistes quant au narratif autour la crise sanitaire. Tour d’horizon de l’optimisme désormais affiché.

Revue de presse rassuriste : le vent est-il en train de tourner ?
Le 19 janvier 2022

À l’étranger comme en France, les bonnes nouvelles s’enchaînent autour d'Omicron. En commençant par l’Afrique du Sud, pays d’origine du variant, à propos duquel Le Point titre mardi 18 janvier « En Afrique du Sud, le variant Omicron déjà oublié », expliquant par la voix de sa correspondante à Johannesburg que « deux mois après l’apparition du nouveau « variant préoccupant » (selon l’OMS) en Afrique australe, celui-ci semble déjà loin des esprits. Les grandes vacances d’été sont passées par là, et surtout, les données chaque semaine plus rassurantes fournies par les chercheurs et les hôpitaux ont plongé le pays dans une ambiance optimiste de fin d’épidémie ». Beaucoup de bruit pour rien, quant on songe à l’hystérie mondiale qui a fait plonger les bourses à l’annonce de la découverte de ce variant.

De quoi reprendre bientôt la « vie normale » promise depuis longtemps ? C’est ce que titre Le Figaro qui a publié dimanche 16 janvier une grande interview d’Albert Bourla, le PDG de Pfizer. Interrogé sur la fin prochaine de l’épidémie, celui-ci a répondu « Personne ne peut le savoir, nous avons eu tant de surprises depuis le début de la pandémie. Je ne veux pas être pessimiste, mais nous devrons sans doute vivre pendant des années avec un virus très difficile à éradiquer. Il s’est diffusé dans le monde entier, il peut contaminer à plusieurs reprises la même personne et il a muté au point de nous faire redécouvrir l’alphabet grec… La question n’est pas de savoir si ce virus va disparaître ou non, c’est: allons-nous pouvoir reprendre une vie normale? Et je le crois. Nous allons bientôt pouvoir reprendre une vie normale ». Des propos à nuancer cependant car tout dépend de ce qu’on entend par « vie normale », et vivre masqués, testés et vaccinés tous les trois mois n’a rien de normal. Néanmoins, ces...

Contenu réservé aux abonnés

34 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter