france

Remise carburant : de la poudre aux yeux ? Abonnés

La « remise carburant » de 15 centimes annoncée triomphalement par Jean Castex ressemble davantage à une opération de déminage pour éviter une résurgence des Gilets Jaunes qu’à un acte en faveur du pouvoir d’achat des Français. D’autant que ce qui est présenté comme un « geste » n’est en réalité pas si généreux que cela.

Remise carburant : de la poudre aux yeux ?
Le 14 mars 2022

Le premier Ministre semble en avoir conscience : il y a bien un problème avec le prix des carburants. « Le premier sujet de préoccupation des Français que je croise dans mes déplacements, c’est le prix à la pompe » a d’ailleurs affirmé Jean Castex, au moment de dégainer la fausse bonne idée de la dernière ligne droite de la campagne présidentielle consistant en une « remise carburant » de 15 centimes par litre à compter du 1er avril, et pour une durée de quatre mois. Une remise qui n’est pas une baisse des taxes, contrairement à ce que de nombreux observateurs réclamait, ainsi qu’il l’a expliqué dans les colonnes du Parisien : « Pourquoi pas une baisse des taxes ? D’abord, parce qu’il faut une loi et cela prend plus de temps. Ensuite, parce que moins taxer une énergie polluante est anti-écologique. » Polluante : le mot est lâché, et démontre que l’idéologie écologiste prend une nouvelle fois le pas sur les réalités quotidienne des Français. Mais en période électorale, il faut ménager la chèvre et le choux, et faire semblant d’aider les populations dépendantes de leurs véhicules tout en tenant un discours rassurant pour les écolos de centre-ville, tiraillés entre leur sympathies pour Yannick Jadot et leurs intérêts de « gagnants de la mondialisation » qui les attire immanquablement vers Emmanuel Macron.

C’est sans doute ce qu’à bien remarqué le président de l’association des maires ruraux de France (AMRF), Michel Fournier, qui a réagi à ce sujet sur Franceinfo en faisant remarquer à Jean Castex que si sa remise avait certes le « mérite d’exister », elle n’était sans doute pas « la meilleure des solutions ». L’édile de Voivres, dans les Vosges, soulève ainsi que « le problème qu'il va y avoir, c'est que personne ne sait à ce jour quel va être le prix du carburant au...

Contenu disponible gratuitement

71 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter