france

Remdesivir : bientôt la fin de partie définitive Abonnés

Thèmes abordés

RemdesivirGilead

La France dispose encore de 16 000 doses de Remdesivir, le médicament de la firme américaine Gilead longtemps présenté comme un potentiel traitement au Covid-19. Après des résultats démontrant son inutilité, il ne sera plus prescrit hors essais cliniques.

Remdesivir : bientôt la fin de partie définitive
Le 2 janvier 2021

Depuis le revers du 3 décembre dernier, lorsque le Haut conseil de la Santé Publique a repris les recommandations de l’OMS indiquant de ne plus prescrire de Remdesivir hors essais cliniques, rien ne va plus pour le médicament du laboratoire Gilead. Un changement de braquet somme toute assez compréhensible, au vu des résultats intermédiaires de l’essai mondial « Solidarity » étudiant les traitement possibles contre le Covid-19 et démontrant que l’usage de ce traitement n’avait pas d’effet sur la mortalité. Des résultats qui avaient soulevé d’ailleurs un grand nombre d’interrogations en étant rendus publics juste après la conclusion d’un contrat d’approvisionnement entre la commission européenne et Gilead portant sur 500 000 doses.

Néanmoins, la France a été le seul pays — avec le Liechtenstein — à ne pas passer commande pour ce traitement, représentant l’une des rares sages décisions prises par les pouvoirs publics dans leur gestion calamiteuse de la crise sanitaire. D’après des informations parues dans Le Monde, la France a toutefois reçu environ 30 000 doses de cet antiviral : 27 000 en provenance de l’Instrument d’aide d’urgence de l’Union Européenne et 3 600 fournies directement par Gilead. Sur ce total, un peu plus de 11 000 doses ont été distribuées aux établissements de santé, et le reste se trouve désormais dans le stock de Santé Publique France. Et selon les données de Gilead, 700 patients auraient été traités au Remdesivir dans notre pays, a raison de 6 doses par personne, soit un total de 4 200 doses administrées. Dont la moitié utilisée en essais cliniques, et l’autre durant la période du 2 juillet au 22 octobre 2020, lors de l’autorisation temporaire d’utilisation accordée par l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé).

Désormais, il existe encore environ 16 000 doses restantes, qui...

Contenu disponible gratuitement

21 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter