analyses

Présidentielle : la France en passe de devenir une gérontocratie autoritaire ? Abonnés

Thèmes abordés

MacronPrésidentielle 2022

L’analyse des résultats électoraux du premier tour de la présidentielle démontre à quel point la pyramide des âges a un impact sur le destin du pays, le faisant peu à peu basculer dans un régime où les catégories âgées de la population emportent la décision au détriment des plus jeunes et des actifs.

Présidentielle : la France en passe de devenir une gérontocratie autoritaire ?
Le 11 avril 2022

Si la tendance était déjà amorcée, elle saute cette fois aux yeux : Macron est bien le candidat des « boomers » autant que des actifs confortablement installés. En effet, l’analyse des résultats démontre très clairement qu’il doit en grande partie son score de plus de 27% de suffrages à cet électorat âgé qu’il n’a cessé de courtiser tout au long de son mandat et qui lui sert plus que jamais de boussole politique. Comme l’a d’ailleurs parfaitement illustré sa gestion de la crise sanitaire, au cours de laquelle il a par exemple refusé de procéder à un confinement ciblé des plus fragiles (donc les plus âgés) au motif de ne pas les « discriminer », préférant des mesures générales dont les principales victimes collatérales ont été les plus jeunes, particulièrement les étudiants et les primo-arrivants sur le marché du travail. Emmanuel Macron a ainsi recueilli 41% des suffrages chez les plus de 70 ans, 30% chez les 60-69 ans, alors qu’il passe sous la barre des 25% chez les 50-59 ans (24%), les 35-49 ans (24% également), les 25-34 ans (23%) et les 18-24 ans (20%). Ce qui lui permet de devancer Marine Le Pen chez les électeurs de plus de 60 ans, alors qu’il est derrière elle parmi toutes les autres tranche d’âge.

Actuellement, les personnes âgées de 60 ans et plus sont au environ 15 millions. Un vivier électoral énorme, d’autant que cette génération fait partie de ceux qui restent aujourd’hui les plus confiants dans les institutions et sont donc rarement abstentionnistes. À ce sujet, les chiffres sont d’ailleurs assez clairs : parmi les plus de 12 millions de Français ayant boudé les urnes (soit plus de 26% des inscrits), l’âge est un facteur déterminant de la mobilisation. Ainsi, près 42% des 18-24 ans et 46% des 25-34 ans ne sont pas...

Contenu réservé aux abonnés

56 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter