Analyses

Pr Parola (IHU de Marseille) : "On est bien loin de la catastrophe annoncée" Abonnés

Thèmes abordés

RaoultIHU MéditerranéePhilippe Parola

Le professeur Philippe Parola, proche de Didier Raoult, s’est exprimé ce mardi midi sur CNews. Il fait à cette occasion le bilan de la gestion de la crise sanitaire, qu’il juge en grande partie conditionnée par la peur.

Pr Parola (IHU de Marseille) : "On est bien loin de la catastrophe annoncée"
Le 18 mai 2021

Invité de Sonia Mabrouk sur CNews ce 18 mai, le professeur Philippe Parola, chef du service des maladies infectieuses à l’IHU de Marseille, est revenu sur la situation sanitaire. L’occasion, pour lui, de rappeler que l’un des éléments fondamentaux dans la gestion de la pandémie n’est autre que… la peur, dont la plupart des médias ont été un important relais : « Est-ce que la peur a été un élément qui a fait prendre des décisions ? Ce seront peut-être des sociologues qui le diront (…) Les médias ont joué un rôle, et ça a marché. Une partie de la population reste anxieuse par rapport à ce que nous venons de vivre et le restera sur ce qui pourrait peut-être arriver. » En affirmant, au regard des chiffres actuels de l’épidémie, que nous sommes « bien loin de la catastrophe qui avait été annoncée ».

À propos du confinement, il a notamment réaffirmé son inutilité : « les mesures sociales, quelles qu’elles soient, n’ont servi à rien ». Et de citer l’étude du professeur Ioannidis dont Bas les Masques s’était fait l’écho, en illustrant son propos par l’exemple des USA : « en pratique, il n’y a pas eu de différence entre les États qui ont confiné et ceux qui n’ont pas confiné ».

Sur la question des masques à l’extérieur, Philippe Parola rappelle qu’il a jugé cette mesure inutile depuis le début de sa mise en place il y a près d’un an. Il a également donné son avis sur la politique vaccinale : « La vaccination, c’est sans doute une solution politique (…) c’est un élément important, mais ce n’est pas le seul ». Il cite ainsi en exemple la courbe épidémique de certains pays comme la Bosnie qui, en dépit d’une faible couverture vaccinale, a...

Contenu réservé aux abonnés

38 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter