france

Pour la rentrée, la France a tourné la page du Covid-19 Abonnés

Thèmes abordés

covid-19covidismerentrée

Quelques irréductibles alarmistes mis à part, les Français semblent définitivement passés à autre chose, malgré l’agitation médiatique du spectre d’une « huitième vague ».

Pour la rentrée, la France a tourné la page du Covid-19
Le 1er septembre 2022

Si, pour notre plus grand plaisir, Olivier Véran continue à nous parler de « pics » et de « plateaux », ce n’est plus d’épidémie mais bien d’inflation qu’il s’agit. Et pour cause, si le Covid-19 a disparu de l’espace médiatique, il a aussi été éclipsé des esprits des Français, désormais davantage préoccupés par les images d’incendies à la télévision et les appels à la sobriété énergétique.

Protocole sanitaire de principe

L’été au grand air a convaincu la plupart des derniers hésitants à enfin laisser tomber leur masque. Pour leur rentrée, les élèves vont enfin connaître une rentrée à peu près normale, sans restriction sanitaire. Un protocole de principe a été prévu, dans lequel le niveau du « socle », le plus bas du nouveau cadre sanitaire, prévoit que les élèves sont accueillis en présentiel dans toutes les classes; sans port du masque. Aucune restriction concernant les activités physiques ou le brassage des élèves. Les gestes barrière et l'aération des locaux sont au simple stade de la recommandation.

Et pour cause, tous les indicateurs qui dictent habituellement l’alarmisme sanitaire sont au plus bas, avec 854 personnes en réanimation, moins de 50 décès liés au Covid-19 et 27 300 nouveau cas détectés (-5% en une semaine). Signe d’un ras-le-bol généralisé, le nombre de tests de dépistage est en chute libre après avoir atteint des niveaux dépassant l’entendement en début d’année : ce nombre est descendu à environ 90 000, un niveau qui n'a jamais été aussi bas depuis août 2020. 

Une « huitième vague » ?

Et pourtant, malgré cette accalmie médiatique, certains veulent remettre une pièce dans la machine en appelant presque de leurs vœux une « huit!ème vague » cet automne. À l’image du journal Les Échos, qui s’alarment d’un « ralentissement de la baisse ». Brigitte Autran, présidente du nouveau comité de veille et d’anticipation des risque sanitaire — petit remplaçant...

Contenu réservé aux abonnés

45 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter