france

Port du masque à l’école ou à l’extérieur : l’acharnement sans fin des autorités Abonnés

Tandis que les parlementaires s’écharpent sur les modalités de prolongement du pass sanitaire, les autorités rétablissent l’obligation du port du masque dans certaines situations locales. Une décision qui illustre l’entêtement de l’État à ne pas acter la fin de la crise sanitaire.

Port du masque à l’école ou à l’extérieur : l’acharnement sans fin des autorités
Le 4 novembre 2021

Les enfants libérés du masque à l’école — dans les départements autorisés — pensaient enfin pouvoir étudier tranquillement… mais c’était sans compter sur l’obstination du gouvernement. En effet, avant les vacances de la Toussaint, seulement 22 départements étaient encore soumis à cette obligation. Mais dès la rentrée, les élèves de 39 départements devront à nouveau être muselés pour se rendre à l’école.

À l’occasion d’une conférence de presse ce mercredi, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a précisé que le retour de cette contrainte imposée aux écoliers du CP au CM2 sera de nouveau obligatoire dans les départements où le taux d'incidence dépasse le seuil d’alerte décidé par le gouvernement sur une moyenne de cinq jours consécutifs, à savoir 50 cas de Covid pour 100 000 habitants. La liste précise des départements concernés devrait être publiée ce jeudi 4 novembre.

Heureusement, ou non, les enfants ne sont pas les seuls à subir cette obstination irrationnelle à porter le masque partout et tout le temps. En effet, le seuil d’alerte, décidé arbitrairement par l’exécutif sur un indicatif qui ne dit pas grand chose de la gravité de l’épidémie, a poussé certaines préfectures à poursuivre ces mesures inutiles dans l’espace public. C’est notamment le cas de la préfecture des Alpes-Maritimes qui a décidé ce mardi 2 novembre de prolonger par arrêté l'obligation du port du masque dès 11 ans et jusqu’au 16 novembre a minima, dans certains lieux ouverts : marchés couverts et en plein air, brocantes, centres-villes, manifestations, et même « les voies urbaines à la circulation piétonne », « les secteurs où la circulation routière est limitée à 20 km/h » ou encore « dans un périmètre de 50 mètres autour des entrées des crèches, écoles, collèges et lycées et ce 15 minutes avant et après l’ouverture et 15 minutes avant et après...

Contenu réservé aux abonnés

24 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter