France

Pass vaccinal, crise économique... Le syndicat Antigone interpelle le gouvernement Abonnés

COMMUNIQUÉ. En plein débat sur le pass vaccinal et après la mise en place de nouvelles restrictions visant certaines activités comme les discothèques ou la restauration, le syndicat de défense des indépendants Antigone exprime son opposition à ces mesures. Retrouvez ici le communiqué adressé au gouvernement.  

Pass vaccinal, crise économique... Le syndicat Antigone interpelle le gouvernement
Le 3 janvier 2022

Carcassonne, le 03 janvier 2022

Lettre ouverte à :

Monsieur le Président de la République,
Monsieur le Premier Ministre,
Monsieur le Ministre de l’Economie et des Finances,

Nous reviendrons ultérieurement sur les détails de toutes les contradictions, toutes les incohérences, tous les mensonges, et enfin toutes les trahisons que non seulement les indépendants et commerçants que nous représentons, mais plus généralement la population, ont dû supporter.

Les dernières mesures annoncées par le Premier Ministre Castex et le Ministre Véran ciblent une nouvelle fois des lieux qui n’ont jamais été identifiés comme plus à risque que d’autres :
Discothèques, « lieux de convivialité », bars, restaurants, et plus généralement, l’ensemble de nos commerces et prestataires de services.

Voici donc une énième promesse non tenue et nous sommes à un point d’approximation tel que les arguments scientifiques qui entourent les décisions du gouvernement pour justifier la poursuite de cette stigmatisation se contredisent eux-mêmes, alors qu’aucune donnée réellement scientifique ne les corrobore.

La fermeture des discothèques suffit à démontrer l’inefficacité des mesures existantes, notamment la vaccination pourtant massive, voire totale concernant la population fréquentant les discothèques.
Quant aux consignes du Premier Ministre Castex et du Ministre Véran, intimant de « ne pas fréquenter les lieux où l’on mange et où l’on boit », c’est-à-dire les bars et les restaurants, elles constituent ni plus ni moins qu’un acte volontaire de destruction de biens privés, puisque ces établissements vont rester ouverts, mais sans clients ou très peu.

La remise en place du télétravail obligatoire viendra parachever cette entreprise de destruction.

Cette estocade intervient après 20 mois durant lesquels le gouvernement s’est d’abord livré à une prise de contrôle de nos entreprises, sans que la compensation soit juste et équitable, décidant ici des droits d’ouverture, là des horaires et du nombre de clie...

Contenu disponible gratuitement

78 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter