international

Omicron : des rappels pour rien ? Abonnés

Thèmes abordés

vaccincovid-19omicron

Une étude danoise publiée dans le Journal of the American Medical Association (JAMA) indique que l'immunité contre omicron s'estompe rapidement après une deuxième et troisième dose du vaccin Pfizer. De quoi redouter des rappels trimestriels à partir de l'automne ?

Omicron : des rappels pour rien ?
Le 16 mai 2022

Vers des rappels fréquents à destination des personnes à risques, pour compenser le manque d’efficacité du vaccin Pfizer face au variant Omicron ? C’est ce que pourrait laisser penser une étude publiée dans le JAMA ce vendredi 13 mai, portant sur 128 personnes ayant reçu deux ou trois doses. En effet, les chercheurs danois à l’origine de la publication ont constaté que les niveaux d’anticorps dits « neutralisants » spécifiques à Omicron — pouvant cibler le virus et l'empêcher de se répliquer —  diminuaient rapidement après une deuxième et une troisième dose du vaccin de Pfizer. Les niveaux d'anticorps, qui sont associés à la protection contre les infections et les maladies, ont chuté quelques semaines après avoir reçu les vaccins et étaient bien inférieurs au niveau d'anticorps spécifiques à la souche originale et au variant delta du coronavirus, selon les scientifique.

Ainsi, par rapport à ces versions du Covid-19, la proportion d'anticorps spécifiques à Omicron détectés dans le sang des participants a chuté très rapidement, de 76 % quatre semaines après la deuxième injection, de 53 % après huit à dix semaines et de 19 % après douze à quatorze semaine. Et si les anticorps contre Omicron on augmenté après la troisième dose — près de 21 fois à la troisième semaine et près de 8 fois à la quatrième semaine, par rapport à quatre semaines après la deuxième dose — les niveaux d'anticorps ont commencé à baisser trois semaines après le rappel, chutant de 4,9 fois pour la souche d'origine, de 5,6 fois pour le variant delta et de 5,4 fois pour le variant omicron entre les semaines trois et huit. Soit moins de deux mois après le rappel.

Pour les chercheurs, cela signifie que cette réponse d’anticorps dite « transitoire » après les deuxième et troisième doses signifie que des injections de rappel supplémentaires pourraient être nécessaires, notamment chez les...

Contenu réservé aux abonnés

42 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter