france

Obsession vaccinale : des infectiologues militent pour « relancer la vaccination » Abonnés

Thèmes abordés

vaccincovid-19

Deux figures bien connues de l’alarmisme télévisuel estiment que « la pandémie reprend » et appellent à relancer une politique de vaccination régulière, sur le modèle de la grippe, face à l’émergence de nouveaux variants.

Obsession vaccinale : des infectiologues militent pour « relancer la vaccination »
Le 7 juin 2022

Visiblement en manque de reconnaissance médiatique, certains experts habituellement appelés à donner leur avis au moindre éternuement se sentent désormais désoeuvrés. Et semblent ainsi prêts à tout pour tenter un timide retour sur la scène de l’alarmisme sanitaire, alors que de plus en plus de Français semblent avoir tourné la page et se préoccupent davantage des prix à la caisse, de l’insécurité dans les rues ou encore de savoir si leurs vacances ne seront pas cette année remises en cause par l’inflation galopante après avoir été gâchées par la gestion du Covid-19 deux étés de suite. Car en effet, alors que les autorités sanitaires ont enfin arrêté de se montrer démesurément alarmistes, on ne peut pas en dire autant d’Yves Buisson et Benjamin Davido, dont les analyses ont jalonné le narratif sanitaire durant de long mois avant de s’estomper au fur et à mesure que la situation s’améliorait. Une amélioration d’ailleurs soulignée par Santé publique France, qui a émis le constat que « la circulation du Sars-CoV-2 a continué de ralentir » et que « les hospitalisations continuent de diminuer » même si elle a concédé que fin mai « la baisse du taux d’incidence était plus faible dans certaines classes d’âge et [qu’] une tendance à la stabilisation était observée dans certaines régions », avec une précision distincte pour l’Outre-mer, dont les indicateurs virologiques sont « toujours très élevés ». L’agence de santé évoque en outre une présence croissante des nouveaux variants BA4 et BA5 d’Omicron, mais admet que celle-ci est sans impact hospitalier pour le moment.

Malgré cela, le docteur Benjamin Davido, infectiologue à l’hôpital de Garches, a décidé de remettre une pièce dans la machine en affirmant à Ouest-France que la partie n’était pas encore gagnée contre le Covid-19 : « La contamination reste sur un plateau élevé, au-dessus des 17 000...

Contenu réservé aux abonnés

70 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter