International

Nouveaux variants et vaccins obsolètes : l'alarmisme sanitaire continue Abonnés

Thèmes abordés

vaccincovid-19variantsvaccinationstratégie vaccinalevaccins

Alors que l'arrivée des sous-variants BA.4 et BA.5 provoque un vent de panique irationnel chez certains scientifiques, la perspective que les prochains vaccins soient déjà inefficaces contre les futurs variants ne va pas arranger leurs angoisses.

Nouveaux variants et vaccins obsolètes : l'alarmisme sanitaire continue
Le 15 juin 2022

Alors que certaines voix alarmistes tentent d’expliquer en partie la remonté des cas de Covid-19 par l’abandon des gestes barrière — oubliant que la dernière injonction à porter le masque dans les transports en commun a été abandonnée depuis un mois déjà, sans que rien de dramatique ne se passe —, l’arrivée de deux sous-variants d’Omicron vient aussi nourrir leurs inquiétudes. identifiés pour la première fois en Afrique du Sud, BA.4 et BA.5 sont devenus prédominants dans le pays au mois de mai, ayant provoqué une « vague » de contaminations, mais pas de décèsCe qui n’empêche pourtant pas certaines figures alarmistes comme Antoine Flahaut de s’inquiéter de la percée de BA.5 au Portugal, BA.5 à la mi-avril : « La situation au Portugal doit être vue comme une alerte. Elle doit être considérée comme très préoccupante par les systèmes de santé des pays de l’Europe de l’Ouest car elle peut préfigurer ce qui peut se produire cet été dans la plupart d’entre eux. »

Pourtant, si ces deux sous-variant semblent se propager plus rapidement — notamment à la faveur du vieillissement visiblement de plus en plus rapide de l’immunité conférée par les rappels vaccination —, il n’y a aucun signal d’une sévérité accrue par rapport aux autres lignées d’Omicron, variant qui était déjà, rappelons-le, nettement moins sévère que ses prédécesseurs. Si l’hôpital public est sous tension cet été, ce ne sera donc pas en raison du Covid-19, malgré la menace fantôme qui commence à être agitée par certains médias.

Pourtant, il faudrait repasser par la case piqûre pour les 80 ans, et ce avant la rentrée, a estimé le Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale (COVS) le 31 mars 2022. Celui-ci avait recommandé la mise en œuvre d’une deuxième dose de rappel (autrement dit une quatrième dose), « de la manière la plus systématique possible » et...

Contenu réservé aux abonnés

41 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter