International

Myocardites post-vaccination : des conséquences à long terme ? Abonnés

Thèmes abordés

covid-19effets secondairesvaccinationmyocardites

D’après une étude publiée par le Lancet, les conséquences d’une myocardite survenue à la suite d’une vaccination à ARNm chez les jeunes sont moins bénignes que certains le prétendent.

Myocardites post-vaccination : des conséquences à long terme ?
Le 23 septembre 2022

Aussitôt établi comme  faisant partie des potentiels effets secondaires possibles de la vaccination anti-Covid, le risque, rare mais existant, de développer une myocardite, notamment chez les jeunes, a très vite été qualifié de « bénin » par les promoteurs de la vaccination généralisée. Une idée reçue qui a du plomb dans l’aile après une étude menée par des chercheurs membres de l’équipe de réponse à l’épidémie de Covid-19 des Centres américains pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) et publiée dans le Lancet ce mercredi 21 septembre.

Entre le 24 août 2021 et le 12 janvier 2022, les chercheurs ont analysé l'évolution de l’état de santé de 519 patients âgés de 12 à 29 ans ayant été atteints d’une myocardite après avoir une vaccination par ARN messager contre le Covid-19 pendant 90 jours suivant l’apparition de l’infection du myocarde. Si aucun décès n’a été constaté lors du suivi, les conclusions de l’étude remettent en cause le caractère bénin de la myocardite : « La myocardite après la vaccination par ARNm COVID-19 est rare mais potentiellement grave, et bien que la plupart des patients aient été considérés comme guéris par les prestataires de soins de santé au moins 90 jours après l'apparition des symptômes, près de la moitié des patients ont continué à signaler des symptômes, y compris des douleurs thoraciques, et un quart d'entre eux se sont vu prescrire des médicaments cardiaques quotidiens », résument les auteurs, précisant que « ces résultats suggèrent qu'un suivi et une évaluation continus de la myocardite après la vaccination par l'ARNm COVID-19 sont nécessaires pour mieux comprendre la guérison après une myocardite associée à un vaccin. »

Plus précisément, si 81 % des patients ont été considérés comme guéris par leur prestataire de soins, parmi un sous-ensemble de 151 patients qui avaient des résultats d'IRM cardiaque de suivi,...

Contenu disponible gratuitement

39 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter