International

Mortalité du Covid multipliée par trois : l’étude bancale de l’OMS Abonnés

Thèmes abordés

étudestatistiquesOMS

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a publié une étude censée montrer que le nombre de décès associés à la pandémie et à ses conséquences sanitaires serait largement sous-estimé, notamment en Afrique. Basée sur des modèles mathématiques et sur des présupposés douteux, elle ne dévoile en réalité pas grand chose.

Mortalité du Covid multipliée par trois : l’étude bancale de l’OMS
Le 16 mai 2022

Désormais estimé à 15 millions de morts sur la période 2020-2021, le véritable bilan de l’épidémie de Covid-19 serait trois fois supérieur au décompte officiel des États. L’information a de quoi faire trembler… Mais les arguments avancés dans les travaux du Groupe consultatif technique (TAG) nommé conjointement par l'OMS et le Département des affaires économiques et Affaires sociales (UN DESA) sont loin d’être très convaincants.

« De nouvelles estimations de l’Organisation mondiale de la santé montrent que le bilan total associé directement ou indirectement à la pandémie de Covid-19 entre le 1er janvier 2020 et le 31 décembre 2021 est d’environ 14,9 millions de morts (une fourchette de 13,3 millions à 16,6 millions) », a écrit l’agence dans un communiqué, surévaluant les chiffres des pays membres arrivant à un total de 5,4 millions de morts. Pour obtenir ces résultats, les chercheurs ont calculé la surmortalité en faisant la différence entre le nombre de décès réels et le nombre de décès estimés en l’absence de pandémie. Une méthode qui, si elle avait été utilisée en France — comme c’est d’ailleurs le cas pour évaluer la mortalité des épidémies de grippe —, aurait permis de relativiser le bilan officiel de l’épidémie. Car si la mortalité est passée de 613 200 morts en 2019 à 668 900 en 2020 — la fameuse hausse de 9%, « inédite » depuis 70 ans —, elle est redescendue à 657 000 décès en 2021. Soit un rattrapage naturel, après une hausse subite en 2020, de l’augmentation de la mortalité due au vieillissement de la population française, comme l’a expliqué à notre micro Pierre, statisticien de la chaîne Décoder l’éco.

Difficile alors de comprendre pourquoi, avec cette méthode, l’OMS arrive à surévaluer le bilan du Covid-19, alors qu’elle aboutirait, en France, à la relativiser. Difficile, mais pas impossible puisque selon William Msemburi, analyste à l’OMS, « seuls cinq pays ont pu...

Contenu réservé aux abonnés

51 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter