France

L’influenceur Macron se fiche des recommandations de l’OMS Abonnés

Thèmes abordés

réseaux sociauxJeunesseOMSvaccinationMacron

Depuis quelques jours, le chef de l’État part à l’assaut des jeunes sur les réseaux sociaux pour les enjoindre à se faire vacciner. Mais pendant ce temps-là, l’OMS étrille cette stratégie de la vaccination généralisée qui se fait au détriment des pays pauvres.

L’influenceur Macron se fiche des recommandations de l’OMS
Le 4 août 2021

Après Macron l’épidémiologiste, voici Macron l’influenceur. En réalité, les Français y avaient déjà eu le droit lors de son numéro avec les deux vidéastes McFly et Carlito. Mais cette fois-ci, ce n’est pas pour amuser la galerie que le chef de l’État se retrouve en T-shirt à faire des selfies, mais pour faire le SAV de la vaccination. « Depuis le début de l’été, nous entendons partout parler de la quatrième vague, sermonne-t-il depuis le Fort de Brégançon. Et la seule arme que nous avons face à elle : le vaccin. » Emmanuel Macron espère bien convaincre les jeunes à se faire vacciner en leur proposant de répondre directement à leur question sur les réseaux sociaux comme Instagram ou TikTok. Une manière pernicieuse de diffuser un message officiel aux apparences neutres, tout en contournant la contradiction médiatique. Mais vu l’état d’esprit de la profession, pas certain que cela eût changé grand chose.

Le président introduit son message par le discours habituel : « Beaucoup parmi vous s’interrogent encore, ont peur. Beaucoup entendent de fausses informations, de fausses rumeurs, parfois n’importe quoi, il faut bien le dire. » On ne peut pas lui donner tort, mais peut-être peut-on lui rappeler que ces « fake news », selon l’expression désormais consacrée, n’émanent pas toujours des réseaux sociaux, mais aussi, et de plus en plus souvent, de la parole officielle. Il est inutile de rappeler les énièmes modélisations épidémiques catastrophistes, ou le mythe selon lequel les nouveaux variants étaient à chaque fois plus dangereux pour les jeunes. Simplement peut-on évoquer par exemple la timidité du gouvernement à assumer le fait que la vaccination n’empêche pas la transmission du virus, notamment contre le variant indien.

Marteler l’injonction à se faire vacciner

On pouvait donc enfin espérer une communication transparente et honnête. Après avoir visionné...

Contenu réservé aux abonnés

69 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter