Analyses

Le déconfinement, repoussé ? Une fois de plus, l'exécutif manipule les chiffres Abonnés

Thèmes abordés

chiffresgouvernementdéconfinement

Lors de son traditionnel point sur la situation, Jérôme Salomon a annoncé que la France était « loin des 5 000 cas par jour », seuil annoncé comme celui du déconfinement. Fidèle à lui-même, le Directeur de la Santé s’est contenté d’entretenir la peur en exagérant la situation. Pour nous préparer d’avance à des fêtes de fin d’année loin de nos proches ?

Le déconfinement, repoussé ? Une fois de plus, l'exécutif manipule les chiffres
Le 8 décembre 2020

Les Français ont-ils vocation à être enfermés en permanence, au gré des humeurs du Gouvernement ? C’est en tout cas ce qui semble se profiler en entendant les oiseaux de mauvaise augure que sont Olivier Véran et Jérôme Salomon. Si le premier expliquait dès lundi matin aux parlementaires que « le seuil des 5 000 cas quotidien ne serait pas atteint au 15 décembre », le second en a rajouté une couche lors de sa conférence de presse du 7 décembre au soir en évoquant une deuxième vague « complexe à gérer » et s’alarmant même que le nombre de contamination quotidienne « ne baisse plus et reste particulièrement élevé chez les personnes de plus de 75 ans ».

Pour autant, il faut encore une fois regarder attentivement ce qui est qualifié abusivement de « contaminations ». D’une part, la positivité à un test PCR n’est pas toujours synonyme de maladie et d’autre part, la fluctuation du nombre de tests effectués influe mécaniquement sur le nombre de « cas positifs » détectés. Pour en savoir plus, Bas les masques a demandé un éclairage technique à son contributeur Fabien Quedeville, médecin généraliste et membre du réseau Sentinelle.

« En ce qui concerne les tests PCR, nous constatons effectivement que plus nous testons, plus nous détectons de cas positifs. Mais l’inverse est vrai également. Toutefois, ce n’est pas la seul raison à mon sens. La possibilité de faire des tests antigéniques entraîne une diminution du nombre de tests PCR mais aussi le nombre de tests déclarés. Personnellement, je ne déclare pas les cas négatifs et je ne suis certainement pas le seul car c’est long et qu’il faut donner les informations du patient sur le SI-DEP (plateforme d’enregistrement des tests, NDLR) et je n’en vois pas l’intérêt. Par exemple, un pharmacien a-t-il...

Contenu disponible gratuitement

40 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter