analyses

La violence, conséquence de la crise sanitaire ? Comment l’exécutif fuit ses responsabilités Abonnés

Thèmes abordés

sécuritérestrictions sanitairesinsécuritédarmanin

Dans une note envoyée aux préfets, le ministre de l'Intérieur impute le « développement de faits extrêmement violents » aux « conséquences de la crise sanitaire». Mais déresponsabiliser le gouvernement et rejeter la faute sur un virus est assez facile…

La violence, conséquence de la crise sanitaire ? Comment l’exécutif fuit ses responsabilités
Le 9 juin 2021

Après avoir dénigré la tribune de militaires à la retraite et après avoir qualifié ces derniers de « quarteron de généraux en charentaises » — selon les mots de la ministre de l’Industrie, Agnès Pannier-Runacher —, l’exécutif semble finalement partager le constat d’une situation sécuritaire explosive. Dans un télégramme adressé le 4 juin dernier aux préfets, Gérald Darmanin lance le signal d’alarme concernant le « développement de faits extrêmement violents » en France depuis le début de l’année. « Ces faits et leur gravité doivent appeler une réponse forte pour autant différente du traitement de la délinquance de droit commun », a même lancé le ministre de l’Intérieur. De peur d’être pris en porte-à-faux, il assure que ces phénomènes de violence « sont vraisemblablement liés aux conséquences de la crise sanitaire dont notre pays est en train de sortir ».

Mais de quels faits s’agit-il ? En l’espèce, Beauvau rapporte « une progression de 20% des faits de violences intrafamiliaux » sur les cinq premiers mois de l'année 2021 rapportés à ceux de 2020, dont une « multiplication de faits graves de violences intra conjugales (homicides et tentatives d’homicides) ». Une situation terrible au sujet de laquelle de nombreux experts ont pourtant alerté depuis longtemps, comme l’avait fait la psychologue Marie-Estelle Dupont sur Bas les Masques dès le mois de janvier dernier. Or, ce n’est pas le Covid-19 qui responsable de ce phénomène dramatique, mais bien les mesures de confinement. Ces dernières ont été prises sans même savoir si elles allaient avoir un effet bénéfique, alors que les dommages collatéraux comme les violences conjugales étaient fortement prévisibles… Donc si la crise sanitaire a eu une influence sur la violence dans la société, c’est bien à cause des restrictions infondées scientifiquement et non du virus en lui-même…

Un deux...

Contenu réservé aux abonnés

59 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter