international

La pandémie vue par les entrepreneurs au Québec Abonnés

Thèmes abordés

Canada

« Si on réagit ainsi à une pandémie à faible risque, qu’est-ce que ce sera face à une pandémie sévère avec un taux de mortalité élevé ? » s’interroge Benoit Girouard, président de EAQ (les entrepreneurs en action du Québec) qui regrette le niveau d’improvisation face aux événements. Le ton est donné par ce propriétaire d’une coopérative de solidarité, Gym X, pionnier d’un centre de parcours depuis 18 ans et ex-président de l’Union paysanne. Car pour ce qui est des mesures restrictives spéciales Covid-19, le Québec n’a rien à envier à la France.

La pandémie vue par les entrepreneurs au Québec
Le 19 janvier 2021

« Si on réagit ainsi à une pandémie à faible risque, qu’est-ce que ce sera face à une pandémie sévère avec un taux de mortalité élevé ? » s’interroge Benoit Girouard, président de EAQ (les entrepreneurs en action du Québec) qui regrette le niveau d’improvisation face aux événements. Le ton est donné par ce propriétaire d’une coopérative de solidarité, Gym X, pionnier d’un centre de parcours depuis 18 ans et ex-président de l’Union paysanne. Car pour ce qui est des mesures restrictives spéciales Covid-19, le Québec n’a rien à envier à la France.

Depuis le mois de mars, le gouvernement souffle le chaud et le froid à tous les niveaux de la société. Confinement, déconfinement, port du masque, distanciation sociale, fermeture des restaurants, ouverture des écoles un jour sur deux quand ce n’est pas en ligne, annulation des fêtes de fin d’année, incitation officielle à la dénonciation de celles et de ceux qui reçoivent des gens chez eux, couvre-feu … Il n’y a aucun secteur qui n’ait été épargné par les décisions prises dans le but de diminuer le nombre de personnes atteintes par le virus Sars-Cov-II. Car c’est bien de cela qu’il s’agit quand chaque jour les médias égrènent méthodiquement le nombre de cas positifs que compte la province française du Canada.

Ça et là quelques voix s’élèvent timidement et individuellement contre ces mesures qui contreviendraient à la charte des droits et libertés des pays occidentaux, mais sans grand succès, car d’après nos cousins québécois la joute oratoire ne fait pas partie des traditions, contrairement à la France. Ce qui n’a pas empêché de voir apparaître ces dernières semaines, ici une chronique sollicitant timidement la mise en place de débats contradictoires, là une vidéo demandant s’il est possible de trouver d’autres solutions ? Les questions viennent  essentiellement du peuple,...

Contenu disponible gratuitement

67 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter